• Société

Le transport actif : une autre façon de voir la ville (1)

Roger Lafrance

La Ville de Saint-Hyacinthe entend se doter d’un nouveau plan de développement durable. S’il y a un élément qui devrait en faire partie et qui pourrait vraiment transformer notre ville, c’est bien le transport actif.

Qu’entend-on par transport actif ? La marche et le vélo, essentiellement. En fait, il s’agit de tout moyen de se déplacer par sa propre énergie. Pourquoi est-ce si important ? Parce que les avantages sont indéniables. Le transport actif est bénéfique pour l’environnement, la santé et l’économie des citoyens ainsi que pour la circulation automobile.

Autrement dit, un citoyen qui se rend au travail en marchant ou en pédalant, c’est une auto de moins dans nos rues et une place de stationnement de libre. C’est aussi moins de pollution, des rues moins achalandées et un baume sur notre porte-monnaie. Au fond, tout le monde y gagne, tant la municipalité que les citoyens.

Miser sur le transport actif, c’est aussi miser sur un développement plus harmonieux de notre municipalité. En marchant ou en pédalant, les citoyens voient leur ville différemment. Ils prennent davantage conscience de leur communauté, car ils la connaissent mieux. Le transport actif favorise également les contacts entre les citoyens.

Concrètement, comment une ville peut-elle favoriser le transport actif ? Voici quelques suggestions, incluses dans un mémoire que j’ai présenté à la Ville de Saint-Hyacinthe, que je propose dans ce premier article consacré à la marche.

Encourager la marche

Assez curieusement, la Ville de Saint-Hyacinthe a entrepris, en 2018, de réduire son réseau de trottoirs de 25 %, soit de retirer 66 kilomètres de chemins piétonniers. Au contraire, une ville qui voudrait inciter ses citoyens à marcher devrait construire plus de trottoirs. On le voit : cette politique va à contresens et elle devrait être revue.

Les tunnels piétonniers des rues Laframboise et Bourdages sont dans un état de délabrement qui invite peu les citoyens à les emprunter. Source : Roger Lafrance

Les tunnels piétonniers des rues Laframboise et Bourdages sont dans un état de délabrement avancé. Il serait primordial de les restaurer pour les rendre invitants et sécuritaires. Bien des citoyens n’osent pas s’y aventurer, surtout le soir. Pourtant, ils sont des liens essentiels entre le centre-ville et le nord de la ville, tant pour les piétons que pour les cyclistes.

On pourrait inciter les jeunes à se déplacer vers leur école ou leur centre de loisirs en inscrivant sur les trottoirs la direction du trajet, à l’image de ce qu’a fait la Ville de Victoriaville. Une belle initiative qui invite les jeunes à la marche tout en leur proposant le meilleur trajet.

Autre moyen de promouvoir la marche : installer des panneaux directionnels vers les principaux lieux de destination. Ces panneaux indiqueraient non seulement la direction, mais aussi la distance et le temps qu’un piéton mettrait pour s’y rendre. Par leur seule présence, ces panneaux pousseraient à la marche.

Enfin, rendre une partie du centre-ville piétonnier serait aussi une autre façon d’encourager la marche. Si on réussit à le faire pour certaines activités (Rendez-vous urbains, vente-trottoir…), pourquoi ne pas l’étendre sur une plus longue période ? L’idée a souvent été soulevée, mais il serait peut-être temps de l’envisager sérieusement, d’autant plus que les stationnements au centre-ville n’ont jamais été si nombreux.

Cette mesure ferait du centre-ville un lieu propice aux marcheurs et plus attirant pour les citoyens. Les rues libérées par les automobiles pourraient aussi accueillir de l’animation, ce qui en augmenterait l’attrait.

 

(Dans le prochain numéro, nous verrons d’autres suggestions pour favoriser la pratique du vélo.)

Écrire un commentaire >

  • Favoriser la marche et le cyclisme

    Je suis entièrement d accord avec ça.Je demeure au centre ville.

  • Vélo ou marche

    Pour moi ,je croie que tout les trottoirs devrais être faite moitié marche et moitié vélo ,comme ce qui a été faite devant l'école bois jolie sacré coeur mais en continue ,pas dans la rue ,parce que vous enlever du stationnement et je trouve ça moins dangereux .

  • Piste cyclable

    Quand la ville fait une piste cyclable , les gars pourraient ils s’arranger pour que l’asphalte et les bandes de trottoir sois au même niveau ? Il y a souvent risque de crevaison quand on passe de un à l’autre. Merci

  • Piste Cyclable

    Le déneigement des pistes cyclables dans le quartier industriel aiderait grandement aux déplacement et a la sécurité

  • Courriel écrit à Mme Gagné conseillère municipale en Août 2019

    Je demeure dans le secteur Bois Joli et je circule en vélo tous les jours dans plusieurs rues et pistes cyclables de la ville. Je vous écrit pour vous signaler un problème de conception des nouvelles traverses de piétons. Je vous donne en exemples des traverses de piétons suivantes dans votre secteur : 1-La traverse de piétons devant l’école Casavant (anciennement Antoine Girouard ) sur Girouard Est, vers l’est . 2-La traverse de piétons du Patro à côté du tunnel Girouard Est . 3-Finalement la toute nouvelle traverse de piétons devant l’école René St-Pierre sur Laframboise. La conception de ces traverses de piétons fait en sorte que la bordure de rue empiète de beaucoup sur la largeur de la rue et ce des deux côtés de la rue , créant une entonnoir pour les voitures et vélos qui y circulent dans le même sens. De plus il y a un poteau de signalisation de traverse de piétons ou un terre plein au centre de la rue. Donc les cyclistes qui circulent sur ces rues n’ont d’autres choix que de contourner la bordure de rue un peu sur leur gauche directement dans la voie des voitures pour franchir cet entonnoir et ce, qu’il y ait des piétons ou non. Cette manœuvre est très dangereuse car le cycliste ne possède plus la largeur sécuritaire de dégagement et l’automobiliste ne peut pas se tasser sur sa gauche. Il y a quelques années lorsque la voirie avait réalisé la traverse devant l’école Casavant, j’avais fait un signalement sur le site des requêtes de la ville mais malheureusement je n’ai reçu aucune réponse. C’est certain, tout était fait et terminé. Dernièrement, le 25 Juillet dernier j’ai failli me faire tuer à l’approche du tunnel Girouard par un camionneur qui n’a pas accepté de me voir devant lui alors que je passais devant la traverse de piétons du Patro. Une poursuite judiciaire au criminel a d’ailleurs été intenté contre le conducteur et le dossier suit son cours. Aujourd’hui j’ai circulé pour la première fois depuis plusieurs semaines sur le boulevard Laframboise où des travaux de voirie ont été réalisés face à l’école René St-Pierre. J’ai été très surpris , déçu et fâché de constater la même situation qui se répète encore. J’ai du mal à comprendre que personne à la ville de St-Hyacinthe ne prenne plus en considération la sécurité de ses cyclistes. Il me semble que ce n’est pas compliqué de laisser le passage assez large et sécuritaire pour tous et je ne met pas ici en doute l’importance des traverses de piétons. Peut être que ces concepteurs de plans ou ces couleurs de béton n’ont pas chevaucher de vélos depuis leur enfance mais il me semble que rien qu’à voir, c’est flagrant. Et si vous me répondez que d’après le règlement numéro untel de la ville vous êtes tenu à ces devis de traverses, alors des règlements ça se modifie quand il est question de la sécurité humaine. Je vous invite à faire l’exercice de sortir votre vélo et d’emprunter une de ces rues alors qu’une voiture s’amène derrière vous et vous comprendrez parfaitement et surtout rapidement la situation, vous aurez la trouille de passer là. C’est quand même pas normal , alors que tous les citoyens sont encouragés à utiliser leur vélo, que des aménagements municipaux ne soient pas mieux conçus . Merci de l’attention que vous porterez à ma demande. Denis Germain

  • Ajouter un commentaire