• Société
Lettre ouverte

Les Électrochocs un  tabou, un secret de famille bien gardé

Lettre ouverte

Texte lu lors du 11 ième rassemblement pour dire non aux électrochocs. Samedi 13 mai 2017 a Montréal.

 

Nous sommes rassemblé(e)s pour la onzième année consécutive  pour dire non aux électrochocs et pour rappeler encore et encore, que la mémoire est sacrée. Cette année des manifestations ont lieu à Cork en Irlande, à Toronto et à Edmonton. 

Est-ce le jour de la marmotte? Les mêmes journalistes poseront les mêmes questions, et les mêmes psychiatres proféreront les mêmes faussetés a l’effet que les électrochocs d’aujourd’hui sont moins dangereux que ceux d’autrefois.

Le fait que l’on donne encore des électrochocs est un des grands tabous de notre société. C’est un peu gênant et ça surprend beaucoup de gens.  C’est une des raisons qui permet  que ça perdure. Qu’un traitement éminemment violent soit toujours pratiqué 75 ans plus tard relève du tabou. Un tabou se nourrit de silence. Un grand nombre de familles au Québec, comme ailleurs, a sa tante excentrique, sa grand-mère insoumise, sa mère déprimée, sa sœur qui réagit mal aux abus sexuels…Comme l’inceste les électrochocs sont un tabou.

Les électrochocs sont en  baisse de 40% cette année! On ne peut que s’en réjouir. Mais on peut aussi s’interroger sur la diminution de leur nombre. Restons vigilant.

D’ailleurs, on apprend aussi que des mineurs en sont aussi la cible. 

Tout ce que je peux dire aux parents en tant que grand-mère : informez-vous. L’information existe, elle est disponible. On ne vous dit pas tout.

Une des conséquences dont on ne parle que rarement quand on parle d’électrochocs est le sentiment de trahison ressenti par ceux et celles qui reçoivent ce soi-disant traitement contre leur gré. Un sentiment de trahison qui dure pendant des années et qui brisent les liens familiaux et la capacité de faire confiance. Les conséquences à long terme rendent difficiles  toute confiance envers les autres et particulièrement ceux qui ont participé de près ou de loin à la décision.

Informez-vous et allez au-delà de ce que le bon docteur veut bien vous dire, car il y a plus et tout citoyen a droit à une information qui lui donne accès à un consentement libre et éclairé surtout quand il s’agit de prendre une décision de cette importance pour une personne aimée.

Combien de fois encore devrons-nous nous réunir pour dire que des traumatismes crâniens à répétition ne sont pas une option. C’est non pour toutes les raisons déjà énoncées depuis bientôt 80 ans!

Non aux électrochocs pour la protection de jeunes cerveaux.

Non aux électrochocs pour la protection de la mémoire de nos aînées. Non aux électrochocs car c’est une agression sur des personnes vulnérables qui auraient besoin d’une aide humaniste et non  d’un sentiment d’euphorie temporaire induit par une commotion cérébrale. 

Les électrochocs ont toujours été dommageables et le sont encore aujourd’hui. Les électrochocs ne sont qu’un aveu d’impuissance de la psychiatrie biologique.

Pour notre part, nous ne nous tairons pas et même si ça fait mal nous continuerons à briser le silence. Merci à tous de votre présence et de votre détermination. Imaginons un monde sans électrochocs.

France Jules Maleus membre entre autres  des Indignés de la psychiatrie française et poète

 

Hélène Grandbois

Écrire un commentaire >

  • merci Hélène pour ton engagement

    Je suis d'accord avec cet article!

  • réplique

    Le plus grand choc qu'une personne qui est dans une impasse devant le mur et toute cette détresse vis-à-vis de la maladie mentale, c'est l'absence d'humanité. Etre accueilli comme je le suis dans des journées de guérison intérieure, m'a permis de verser de profondes larmes devant des personnes chaleureuses qui m'ont accueilli et aimé. Depuis ce temps les choses s'éméliorent et quand j'ai de la peine maintenant je suis capable de pleurer. Pour moi les électrochocs, c'est considérer la personne comme une folle et la traiter pas de la mécanique. L'humain a besoin d'amour, d'empathie et de support avec de la médication souvent inévitable. Amen

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.