• Société
Attachés… à mes droits!

Les mobilisations nationales pour l’élimination des mesures de contrôle sont de retour

David-Alexandre Grisé

La date du 15 mai, Journée nationale pour l’élimination des mesures de contrôle approche rapidement et le Collectif de défense des droits de la Montérégie (CDDM), organisme de défense des droits en santé mentale, tiendra sur son territoire plusieurs actions en date et lieux afin d’exprimer sa volonté claire de voir disparaitre les pratiques abusives que sont les contentions physiques, chimiques ainsi que les mesures d’isolements dans les divers centres de services et de santé au Québec. Des pratiques qui portent atteintes à la dignité aux droits fondamentaux des personnes.

Mme Lise Brouard, co-requérante contre le Centre hospitalier du Suroît et Me Jean-Pierre Ménard, représentant légal pour le recours collectif.Depuis l’établissement d’un règlement à la suite d’un recours collectif contre le Centre hospitalier du Suroît à Valleyfield, l’organisme membre de l’Association des Groupes d’Intervention en Défense des Droits en Santé Mentale du Québec (AGIDD-SMQ) poursuit ses démarches envers les directions de santé mentale régionales. À cette fin, il vise à court terme l’établissement d’un registre uniforme et clair de ce genre de pratiques pour tout le territoire montérégien, voir tout le Québec. En effet, les plus récentes démarches du CDDM aurons permis de constater que les centres hospitaliers ne tiennent aucun registre uniforme de l’application de ce type de mesures. Conséquemment, il devient impossible de monitorer convenablement l’usage des mesures de contrôle sur l’ensemble du territoire montérégien. En outre, nous avons aussi observé que les cultures de gestions et les pratiques semblent très différentes d’un établissement à l’autre bien que ces derniers œuvrent tous sur le même territoire administratif et bien qu’ils soient tous balisés par le même cadre politique et légal. Qui plus est, loin de voir une diminution de ces pratiques, certains milieux en présentent malheureusement une augmentation significative.  Pourtant les mesures de contrôle doivent normalement se présenter comme des mesures exceptionnelles… Soulignons que lorsqu’une pratique n’est plus une exception, nous avons plus affaire à une culture de répression!

Cette année encore, l’organisme a cherché des appuis supplémentaires dans sa volonté de proposer l’abolition des mesures de contrôle au Québec. En l’occurrence, des démarches citoyennes et des représentations ce sont tenues auprès des députés régionaux  afin de livrer des alternatives et en proposant des moyens très concrets qui sont pour la plupart déjà mis en place ailleurs au pays ou dans le monde. Ajoutons aussi que ces pratiques ont lieu, probablement à l’encontre de l’idée préconçue, très souvent en milieu de soins physiques. Les mesures de contrôle ne sont donc pas seulement l’apanage des services psychiatriques puisqu’elles sont aussi pratiquées en Centres jeunesse, aux urgences et en milieux gériatriques. Finalement, il nous apparait contradictoire, voire aberrant le fait qu’elles soient encore légalement considérées comme des soins en matière de santé…

Puisque les divers types de mesures de contrôle sont appliqués contre le gré de tous les citoyens québécois et ce pour tous les groupes d’âge et toutes catégories de soins, la population entière sera formellement invitée à se joindre au rang des participants aux mobilisations prochaines. Les mobilisations et les gestes symboliques se tiendront en Montérégie et partout au Québec à travers toutes les organisations de défense des droits en santé mentale du Québec. Nous invitons la population et la classe politique à arborer fièrement le ruban blanc distinctif pour l’occasion et nous suivre de très près dans les médias et sur Facebook pour plus de détails.

Post-Scriptum: 

Afin de témoigner que nous sommes attachés à nos droits (et si la température est clémente), nous vous invitons à venir vous joindre aux personnes à l’entrée du Centre hospitalier Honoré-Mercier sur la rue Gauthier dès 10h afin de sensibiliser la population et des directions de santé.

Les mesures de contrôle sur le territoire du CISSS Montérégie-est pour l’année 2016-2017

Nous assistons à une heureuse baisse de ce type de mesure de contrôle dans les hôpitaux du territoire du CISSS Montérégie-est depuis l’année dernière (le nombre d’application ayant passé de 458 à 278). Cependant, les 3 Centres hospitaliers du territoire n’offrent aucun chiffre probant sur l’utilisation des contentions chimiques (injections).

Localement, au Centre hospitalier Honoré-Mercier, on nous avait annoncé la création d’un comité clinique «post-événement» afin de faire un suivi interne de ces pratiques. Nous n’avons toujours pas de suivi à ce propos…

Galerie

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.