• Société

Les organismes communautaires de la Montérégie demandent à Philippe Couillard et à Gaétan Barrette d'intervenir

la Rédaction

Les tables régionales des organismes communautaires du Centre-du-Québec et de la Mauricie (TROC CQM) et de la Montérégie (TROC-M) tenaient aujourd’hui une conférence de presse conjointe avec M. Jean-François Lisée, député de Rosemont et porte-parole de l'opposition officielle en matière de services sociaux, afin de dénoncer l’indifférence de la ministre déléguée Lucie Charlebois en ce qui concerne la situation des personnes les plus vulnérables de notre société et les difficultés des organismes communautaires.

Les tables régionales des organismes communautaires du Centre-du-Québec et de la Mauricie (TROC CQM) et de la Montérégie (TROC-M) tenaient aujourd’hui une conférence de presse conjointe avec M. Jean-François Lisée, député de Rosemont et porte-parole de l'opposition officielle en matière de services sociaux Nous sommes à quelques semaines du dévoilement du prochain budget du gouvernement du Québec. Budget pour lequel les organismes communautaires du Centre-du-Québec, de la Mauricie, de la Montérégie, mais aussi de toutes les régions du Québec, fondent de grands espoirs.

Le 3 décembre dernier, la ministre Lucie Charlebois a rencontré les représentants nationaux des groupes communautaires en santé et services sociaux. Elle leur a dit qu’il n’y aurait pas de bonnes nouvelles dans le prochain budget du Québec. La Ministre a conseillé aux organismes communautaires de se réjouir de ne pas avoir été des victimes des compressions de son gouvernement.

« Nous comprenons aujourd’hui que nous n’avons pas de Ministre sensible aux besoins des personnes parmi les plus vulnérables de la société », s’est exclamé Renaud Beaudry, coordonnateur de la TROC CQM. « Les organismes communautaires sont confrontés à l’indifférence de cette Ministre. Elle se réfugie derrière sa ligne de presse de la rigueur budgétaire, mettant ainsi en péril la mission et le rôle des organismes », poursuit Johanne Nasstrom, coordonnatrice de la TROC-M.

Les deux tables régionales, qui représentent 22 % des organismes communautaires en santé et services sociaux du Québec, ont entrepris des démarches pour convaincre le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette et le Premier ministre, monsieur Philippe Couillard, de donner un mandat à la ministre Charlebois.

En janvier dernier, la TROC-Montérégie a tenu une manifestation pendant une activité de financement politique du ministre Gaétan Barrette. Ce dernier a pris l’engagement d’avoir « une pensée pour le communautaire » lors de l’élaboration du prochain budget du gouvernement. Depuis le 19 février, la TROC Centre-du-Québec/Mauricie a lancé une campagne publicitaire demandant au Premier ministre de respecter ses paroles d’agir en « bon père de famille » et de protéger « les personnes les plus vulnérables ». Un panneau routier en plein cœur de la ville de Québec affiche cette publicité. Elle sera également visible prochainement dans d’autres médiums et médias.

Les deux regroupements régionaux et leurs membres sont mobilisés depuis un an avec une vingtaine de manifestations dont la « parade des vulnérables » tenue à Montréal le 15 décembre 2015 devant les bureaux du Premier ministre et réunissant 1 000 personnes. Il y a eu plusieurs manifestations devant les bureaux de comté de la ministre Charlebois en Montérégie et de l’ex-ministre Jean-Denis Girard en Mauricie.

L’importance et les difficultés des organismes communautaires

Tous les jours, les groupes communautaires aident des gens qui ont faim, qui sont isolés, qui sont malades, qui souffrent, qui cherchent de l’aide pour eux et leur famille. Tous les jours, d’autres groupes communautaires font de la prévention pour éviter que des jeunes, des familles et des aînés vivent d’importants problèmes. Tous les jours, des groupes communautaires répondent concrètement à des personnes victimes d’injustice, de violence, de malchance et pour lesquelles, ni les médecins, ni le réseau public de la santé et des services sociaux ne sont d’un grand secours.

50 % des organismes se disent directement affectés par les compressions budgétaires du gouvernement. Le sous-financement du mouvement communautaire perdure depuis de nombreuses années. La « rigueur » du gouvernement accélère l’arrêt de services communautaires, les pertes d’emplois, la détresse psychologique du personnel et le désengagement des communautés et des citoyennes et citoyens.

Nous demandons au Premier ministre de reconnaître l’importance de l’action des 3 000 groupes de tout le Québec. Nous lui demandons de passer de la parole aux actes. Récemment, monsieur Philippe Couillard, telle une marmotte qui n’a pas vu son ombre, a déclaré que la rigueur hivernale était du passé et prendrait fin dans quelques semaines avec le prochain budget de son gouvernement.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.