• Société

Les organismes communautaires œuvrant auprès des aînés : De l’aide individuelle à l’implication sociale

Lettre ouverte

Madame Tremblay est une veuve de 74 ans. C’était une femme très active qui aimait prendre sa marche tous les jours. Malheureusement, elle a fait une mauvaise chute dans l’autobus et s’est cassée la hanche. Elle a rapidement reçu des soins à l’hôpital et a été transférée dans un centre de réhabilitation au privé, où elle a dû payer 15 $ par jour pour pouvoir faire sa convalescence. Par contre, comme beaucoup de femmes de son âge, Madame Tremblay a consacré sa vie à ses 5 enfants comme mère de famille; elle survit donc uniquement avec sa pension. Ses enfants demeurent tous très loin de chez elle; ils se sentent impuissants face à la situation de leur mère. 

gracieuseté : ici.radio-canada.ca Mme Tremblay a écourté sa convalescence, faute de moyens financiers, et est rentrée chez elle dans son petit logement au 3e étage d’un immeuble sans ascenseur. Elle a confié à sa voisine qui est sa seule amie, qu’elle se sent seule. Avant, elle faisait du bénévolat, des promenades et elle ne voyait pas du tout le temps passer! Maintenant, elle ne peut absolument plus sortir de chez elle à cause de l’escalier! Elle a aussi avoué à sa voisine n’avoir plus d’argent pour payer son épicerie cette semaine. De plus, elle voit bien qu’elle doit déménager puisque son logement n’est plus adapté à ses besoins. Cependant, les résidences sont beaucoup trop dispendieuses pour elle. Elle se demande comment elle pourra faire ses commissions. Jusqu’à maintenant, elle prenait l’autobus gratuitement, mais maintenant qu’elle est tombée, elle n’a plus du tout envie de prendre le risque à nouveau et elle ne peut pas se permettre de prendre le taxi pour ses déplacements. Et, elle a droit à de l’aide aux bains qu’une seule fois par semaine, ce qui la rend inconfortable.

Des histoires comme celles de Mme Tremblay sont malheureusement fréquentes. Les personnes aînées sont souvent confrontées à différentes difficultés, dont l’isolement social et la pauvreté. Ces réalités peuvent mener à d’autres problématiques telles que le manque de nourriture, la difficulté d’accès à un logement abordable et adapté à leur condition physique, le manque de soutien à domicile, et l’accès à du transport abordable et adapté aux aînés. 

Heureusement, il a plusieurs organismes communautaires autonomes qui sont présents pour venir en aide à ces personnes, comme le Centre communautaire des aînés et aînées de Longueuil (CCAAL) qui vise à maintenir et améliorer leur qualité de vie.

Le CCAAL offre, plus spécifiquement, de l’information sur les programmes gouvernementaux, municipaux et communautaires et fait de l’accompagnement gratuit et confidentiel auprès des personnes aînées. Il orchestre différentes activités qui visent à briser l’isolement telles que les visites d’amitié et les dîners amicaux. Le CCAAL coordonne aussi le travail de milieu auprès des aînés vulnérables et offre un volet d’intervention individuelle contre l’abus et la négligence à leur l’endroit. Le CCAAL est également un endroit de rassemblement pour les 50 ans et plus et offre diverses activités gratuites ou abordables.

Le CCAAL travaille en étroite collaboration avec plusieurs organismes communautaires autonomes pour l’aide alimentaire, le transport et la location d’équipement à faible coût (fauteuil roulant, marchette, etc.). C’est tout un réseau d’organismes communautaires qui a été mis en place pour répondre aux besoins des aînés et leur apporter du soutien. Ils font aussi un énorme travail de prévention. 

Les organismes communautaires valorisent également le potentiel de chacun et encourage la participation active au sein de la société tout en respectant leurs limites personnelles. De par leur expérience de vie et leur plus grande disponibilité, les personnes aînées sont une richesse pour les communautés; avec le soutien des groupes communautaires, plusieurs femmes et hommes peuvent maintenant s’impliquer dans la communauté, donner de leur temps bénévolement, faire bénéficier de leurs expériences aux autres. Les organismes communautaires répondent d’abord aux besoins de base des personnes, mais ils leurs permettent également de se réaliser et de s’investir socialement auprès de leur communauté. 

Il faut toutefois spécifier que les organismes communautaires font face à plusieurs obstacles au quotidien : augmentation de la demande et diversification des besoins dues au vieillissement de la population, augmentation des références du réseau de la santé et des services sociaux due à la surcharge dans le réseau et aux compressions budgétaires importantes,  tout cela s’ajoutant au sous-financement des organismes communautaires pour réaliser leur mission de base et à une diminution des sources possibles de financement ponctuel. Les groupes doivent donc faire toujours plus avec moins. Et pourtant nous sommes convaincus qu’il faut traiter les aînés de la société avec respect et dignité!

 

Danielle Goulet

Présidente de la Table régionale des organismes communautaires et bénévoles de la Montérégie

 

Annie Proulx

Directrice du Centre communautaire des aînés et aînées de Longueuil (CCAAL)

 

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.