• Société

Les Trésors du Futur : transmettre la passion de la lecture

Josiane Roulez

Déclaré analphabète, Frédéric Fortin partait de loin lorsqu’il a décidé de reprendre ses études secondaires, à 21 ans. Il était alors bien loin d’imaginer qu’il deviendrait… libraire ! Propriétaire depuis six ans de la librairie d’occasion Les Trésors du Futur, à Belœil, il vient d’ouvrir une nouvelle succursale à Sainte-Rosalie. Sa mission ? Donner le goût de lire et d’apprendre.

Le paradis des livres

« Mon objectif, c’est de mettre le bon livre dans les mains de la bonne personne au bon moment, déclare Frédéric Fortin. J’ai créé mes librairies pour les amoureux de la lecture, pour inciter les gens à apprendre et à se découvrir à travers les livres. Un jour, en entrant dans la librairie, une petite fille d’environ six ans s’est écriée : “Wow, c’est le paradis des livres, ici !” Elle n’aurait pas pu me faire de plus beau compliment », se souvient le libraire.

En entrant dans la librairie de Sainte-Rosalie, on comprend tout de suite son émerveillement. Du plancher au plafond, des milliers de livres s’alignent sur les étagères. La boutique est propre et lumineuse, les ouvrages bien classés et en excellente condition. On trouve de tout : des séries complètes, des romans de poche, des livres anciens et une section pour les enfants. Frédéric Fortin tient quelque 200 000 livres en réserve dans ses deux librairies et dans son entrepôt, qu’il propose à une fraction du prix du neuf.

Un amour improbable

« Mon objectif, c’est de mettre le bon livre dans les mains de la bonne personne au bon moment» - Frédéric Fortin. Photo Nicolas Humbert L’histoire d’amour entre Frédéric Fortin et les livres avait pourtant bien mal commencé. « Je n’ai jamais aimé l’école, entre autres parce que mon professeur de première année m’avait pris en grippe. J’ai traversé mon primaire et mon secondaire sans lire un seul livre. À 15 ans, j’ai décroché, et j’ai commencé à travailler dans des usines. J’ai vu mes amis poursuivre leurs études et trouver de bons emplois, tandis que je faisais un travail difficile, ennuyant et peu payant. Alors, à 21 ans, j’ai décidé de reprendre les études. »

À sa grande déception, il découvre qu’il doit d’abord suivre des cours en alphabétisation, et refaire tout son secondaire. Il s’engage malgré tout dans ce long cheminement, en étudiant à temps partiel après le travail. Avec détermination, il conquiert son éducation, mot après mot, cours après cours, malgré une période de dépression qui l’amène au bord du gouffre.

C’est dans ces moments sombres qu’il fait la rencontre d’un livre qui change pour toujours son rapport à la lecture. « Une amie m’a recommandé de lire Écoute ton corps, de Lise Bourbeau. Ç’a été l’élément déclencheur. J’ai découvert tout ce que les livres pouvaient m’apprendre sur le monde et sur moi-même, et à partir de là, je n’ai plus cessé de lire. »

La lecture facilite son apprentissage. Il réussit brillamment ses études secondaires, puis une attestation d’études collégiales en gestion de commerces.

Lire pour réussir

Aujourd’hui, Frédéric Fortin fait tout en son pouvoir pour transmettre le plaisir et l’émerveillement de la lecture aux jeunes comme aux adultes. « Savoir lire, c’est gagner la liberté d’apprendre sans avoir à dépendre d’un système. La lecture favorise énormément la réussite scolaire », explique le libraire, qui a donné plusieurs conférences sur la persévérance scolaire dans les écoles, dans le cadre du programme Jeunes ambassadeurs du savoir. « Quand je parle aux jeunes, je leur dis de persévérer et de passer à travers leurs études, même s’ils trouvent l’école inutile ou ennuyante. Parce qu’un diplôme, personne ne peut leur enlever. Et après l’avoir obtenu, ils sont libres de faire ce qu’ils veulent », explique Frédéric Fortin.

Très impliqué auprès de divers organismes pour l’alphabétisation et la persévérance scolaire, Frédéric Fortin caresse aujourd’hui un rêve : celui d’aider les écoles qui en ont besoin à mettre sur pied une bibliothèque. En novembre 2011, il a fourni plus de 1000 livres au Centre de formation du Richelieu (CFR), qui offre la formation aux adultes pour la Commission scolaire des Patriotes. Le CFR a ainsi pu créer une nouvelle bibliothèque à son point de service de Saint-Bruno-de-Montarville. « J’ai des milliers de livres disponibles, et je suis maintenant prêt à aider d’autres institutions », déclare le libraire.

Un cadeau pour le futur

Le propriétaire des Trésors du Futur est devenu une source d’inspiration et de motivation pour bien des jeunes, à commencer par ses filles de trois et cinq ans. « Mes filles dorment et mangent avec des livres. Je veux leur offrir ce qui m’a manqué, car si j’avais aimé l’école et la lecture à leur âge, ma vie aurait été complètement différente », affirme le libraire.

Écrire un commentaire >

  • Re: Les Trésors du Futur : transmettre la passion de la lecture

    Merci Josiane, pour ce texte lumineux. Il me rappelle un ami et ce bonheur de lire... et d'écrire. Un plaisir partagé. À bientôt...

  • avatar

    Re: Les Trésors du Futur : transmettre la passion de la lecture

    Merci Maria pour ce beau commentaire! Au plaisir de te recroiser bientôt!

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.