• Société
Grève étudiante

Reconduction de la grève jusqu’au 18 mai et rejet de l’offre libérale

Par webmestre

Les étudiants du cégep de Saint-Hyacinthe reconduisent la grève pour une huitième et neuvième semaine de suite. Avec une majorité de 55% (740 votes), le camp des « pour » l’aura emporté sur une proportion de 44% (590 votes) de « contre ». À noter qu’il y eut 1% (24 votes) d’abstention. Au total, 1354 étudiants ont participé à un vote secret qui s’est tenu jusqu’à 18 h.

L’assemblée générale du 2 mai fut longue et les inquiétudes quant à la précarité de la session d’hiver 2012 ont dépassé le seuil de tolérance de plusieurs personnes. Il y avait plusieurs points à l’ordre du jour, notamment, l’approbation ou le rejet de l’offre « globale » du gouvernement faite vendredi dernier par Jean Charest. Cette offre comprend, entre autre, un étalement de la hausse sur 7 ans, au lieu de 5 ans, et un plus grand seuil de revenu parental afin d’accéder aux prêts et bourses. Pendant le point d’information, Mathieu Royer, enseignant en mathématiques, y est allé d’une convaincante présentation qui a démontré beaucoup de similitudes entre la hausse échelonnée sur 5 ans et celle sur 7 ans. Au terme d’une plénière de 30 minutes dans laquelle certains étudiants ont su exposer quelques côtés négatifs du système de prêts et bourses, la nouvelle offre du gouvernement fut rejetée.

C’est par la suite que les choses se sont compliquées au point de perturber le cadre temporel de l’assemblée générale auquel les gens ont pu s’habituer au cours des dernières semaines. Plusieurs amendements ont été débattus et votés.

Tout d’abord, une demande d’amendement a été déposée pour que la grève se poursuive jusqu’au 18 mai, et ce, sans possibilité de reconduction avant le 16 mai. Ce qui prolonge l’entente de grève de deux semaines. Malgré le tollé provoqué chez ceux qui veulent retourner en classe, la proposition fut adoptée. Ensuite, le trésorier du RÉÉCSH est venu proposer un amendement à l’entente de grève qui ferait reprendre certains cours techniques seulement. Cette proposition a donné suite à beaucoup de confusion, quelques échanges explicatifs austères entre l’auditoire et le président de l’assemblée. Certains individus cherchaient à inclure leur technique à tout prix dans l’entente. Même si la proposition fut adoptée par l’assemblée, il reste encore à la faire valider auprès de l’administration du collège. Ce qui n’est pas chose faite selon certains puisque ces derniers avait refusé, en tout début de grève, que les cours techniques puisse être poursuivis.

Injonction

Pendant que la grève se poursuit, certains cours ont repris au cégep de Saint-Hyacinthe. L’injonction fait en sorte que seul les cours du requérant sont donnés. Donc, une poignée d’élèves et de professeurs se présentent au sept cours auxquels est inscrit l’élève qui a demandé l’injonction. Aux dires d’un élève qui participe à un de ces cours, « c’est sûr que les cours sont comme d’habitude, mais il y a beaucoup moins de monde en classe. » D’autres trouvent qu’il « étrange » d’être « les seuls dans le cégep. »

Lors de l’assemblée du 2 mai, le président du RÉÉCSH, Anthony Chiasson-Leblanc, nous a informés qu’un groupe d’élèves ont déposé une autre demande d’injonction contre l’association étudiante et la direction du cégep. L’audience a lieu le 3 mai à 9 h. C’est le juge en chef de la cour supérieure, François Rolland, qui se charge du dossier.

 

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.