• Société

Une coop de jeunes prêts à travailler

Paul-Henri Frenière

C'est avec enthousiasme qu'un groupe de jeunes Maskoutains a ouvert officiellement leur coopérative de services. « C'est l'une des meilleures équipes que l'on a depuis le début du programme. Ils sont extraordinaires, vous pouvez l'écrire dans votre journal » a lancé Chantal Morasse, directrice adjointe d'Espace Carrière, lors de la conférence de presse qui a eu lieu le 6 juillet dernier.

Photo: Paul-Henri Frenière.

Espace Carrière pilote ce projet depuis 17 ans. Les participants de cette année n'étaient même pas nés lors de sa création puisque le programme s'adresse à une quinzaine de jeunes âgés de 12 à 17 ans.

La Coopérative jeunesse de services (CJS) permet aux jeunes coopérants de former leur propre entreprise l'espace d'un été. Ils se créent ainsi eux-mêmes leurs emplois. On a choisi le mode coopératif puisqu'il permet aux jeunes de s'initier à la gestion des affaires en s'engageant dans divers comités traitant, entre autres, de finances, de ressources humaines et de marketing.

Une clientèle qui se fidélise

C'est ainsi qu'ils ont pu s'adjoindre de nombreux commanditaires et des partenaires pour mener à bien l'entreprise. Bien sûr, Espace Carrière leur offre une formation à cet effet et un encadrement adéquat.

Pour une troisième année consécutive, la CJS peut compter comme cliente la Ville de Saint-Hyacinthe. On engage en effet ces jeunes afin d'éradiquer l'herbe à poux sur le territoire municipal. La Ville y consacre 5000$. Lorsqu'un espace est visité, on plante dans le sol une petite affichette où il est écrit « Ici, c'est finit l'herbe à poux! La CJS, on se l'arrache! ».

De plus, la CJS visitera les camps de jour pour former la relève et impliquer d’autres jeunes dans cette campagne d’éradication, notamment près des centres communautaires.

Rencontrée lors de la conférence de presse, la présidente du Boisé des Douze, Céline Lussier Cadieux, supporte la CJS depuis ses débuts. « Nous avons fait appel à leurs services dès l'été suivant le grand verglas, a-t-elle dit. Et depuis, à chaque année, nous les redemandons. Nous sommes très satisfaits de leur travail. »

Un beau tremplin pour l'avenir

Mais les jeunes ne font pas qu'éradiquer les mauvaises herbes, ils ont d'autres cordes à leur arc. Ils peuvent faire de menus travaux comme la tonte de pelouse, l'aménagement paysager, de la peinture, du ménage, de l'aide aux personnes âgées et de l'animation pour les enfants, par exemple.

Lors de la conférence de presse, les jeunes ont présenté les détails de leur projet devant des parents visiblement fiers de leur progéniture. « C'est un beau tremplin pour l'avenir des jeunes, a confié une mère. En plus de faire un peu d'argent, mon fils acquiert une bonne formation et réalise une expérience de travail réaliste. »

Les Coopératives jeunesses de services sont présentes dans plusieurs régions du Québec grâce au soutien financier du Fonds de solidarité FTQ.

Les personnes qui auraient des travaux de toutes sortes à faire effectuer peuvent faire appel à la CJS au 450 771-4500, poste 261. Les heures d’activités sont du lundi au vendredi, de 9 h à 16 h 30, jusqu’au 19 août prochain.

 

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire