• Chroniques

La charrue avant les bœufs

Paul-Henri Frenière

La Ville de Saint-Hyacinthe a récemment obtenu une subvention de 800 000 $ du gouvernement québécois pour relancer le centre-ville. Bravo, c’est un bon coup de pouce! Encore faudra-t-il que cet argent soit utilisé à bon escient. En prenant connaissance des projets qui seront mis de l’avant, j’ai l’impression que l’on va mettre la charrue avant les bœufs.

« J’espère que l’on ne retiendra pas les services de la même firme de communication qui avait accouché de la campagne RI-DI-CU-LE de 2014». Photo : PHF (Archives)Cette opération de relance, échelonnée sur une année, débutera dès ce printemps avec une campagne publicitaire qui sera diffusée essentiellement sur des panneaux d’affichage et sur le Web. J’espère que l’on ne retiendra pas les services de la même firme de communication qui avait accouché de la campagne RI-DI-CU-LE de 2014.

Quoi qu’il en soit, je suis d’avis que cette démarche est prématurée. Je suis conscient que les commerçants et les restaurateurs du centre-ville ont saprément hâte que les clients reviennent. Mais ne peuvent-ils pas attendre encore un peu, le temps que le ménage soit fait?

Actuellement, le centre-ville est en chantier. Des immeubles en construction avec tout ce que cela implique : du bruit, de la poussière et des problèmes de circulation et de stationnement, entre autres. Ordinairement, on n’invite pas la visite quand la cuisine est en rénovation.

D’autant plus que de belles choses sont à venir. En plus du pôle culturel, d’autres éléments de cette opération de relance s’avèrent prometteurs.

*** 

D’abord, l’automne prochain, on devrait installer un système de lumières à DEL sur la rue des Cascades. Un peu comme sur le pont Jacques-Cartier, à Montréal, cet équipement de pointe permettra de changer les couleurs au gré des événements en soirée. On espère ainsi créer une ambiance chaleureuse et conviviale au centre-ville.

On annonce également le Festival Bouffe, Bière et Boisson qui s’adressera, écrit-on, aux « bons vivants de tous les âges ». La première édition se tiendra du 11 au 14 mai 2023 au parc Casimir-Dessaulles. Personnellement, j’aurais préféré la résurrection du Rendez-vous des papilles qui s’adressait à toute la famille et qui permettait de découvrir des spécialités locales. Mais bon, on verra ce que ce nouveau festival du houblon donnera comme résultats.

Enfin, le projet le plus structurant, à mon avis, sera mis en œuvre au printemps de l’année prochaine. Il s’agit de l’aménagement d’une grande terrasse derrière le marché public donnant sur la rue Saint-Antoine. Évidemment, il faudra démolir le bâtiment qui abrite les toilettes existantes. Cet espace pourra accueillir, notamment, des événements culturels.

Saint-Hyacinthe ne sera pas la seule ville à bénéficier d’une subvention du ministère de l’Économie et de l’Innovation. Au total, Québec a consenti une somme de 75 millions $ pour relancer différents centres-villes qui ont souffert des effets de la pandémie depuis deux ans.

L’affectation de cet argent a été confiée à un comité local formé par des représentants de la Ville, du gouvernement et du milieu économique. Ce sont eux qui ont déterminé la nature et l’échéancier des projets.

La campagne de publicité, prévue dès le départ, gobera à elle seule près du tiers de l’enveloppe budgétaire, soit 300 000 $. C’est beaucoup. Ça serait dommage qu’elle tourne à vide parce qu’on aura mis la charrue avant les bœufs.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire