• Culture

Un bel équilibre

Martin Brideau

Qu’elles soient parebrises voyageurs, soupiraux immobiles ou simples vitres, les surfaces de verre occupent notre quotidien. Elles permettent à la lumière d’entrer dans nos demeures, tout en laissant la pluie, le vent et le froid dehors. Mais elles peuvent aussi devenir une fenêtre sur le soi d’un artiste. Brève d’une belle exposition solo.

In vitro, de François Rodrigue, était de passage à l’Atelier Art toutes directions, du 31 mars au 10 avril dernier. L’exposition solo rassemblait des œuvres peintes (parfois enrichies d’épices) sous des vitres. Souvent abstraites, mais parfois figuratives, les plaques de verre en ont envoûté plusieurs.

En entrant dans la petite salle occupée par In vitro, on appréciait le verre révéler, comme une sorte d’air solide, les couleurs et les textures synthétiques, organiques ou minérales, mais en demeurant la fenêtre intimiste de l’artiste. L’ensemble exprimait avec générosité la puissance protectrice du verre, ainsi que la fragilité et la finesse des pigments. Un bel équilibre.

JPEG - 79.9 ko
 
François Rodrigue. Des œuvres aux nombreuses perspectives. Crédit photo : Valérie Binette.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire