• Le plus+

Martin Fortin : un homme inspirant et motivant

Rosalie Croteau

PUBLIREPORTAGE

À l’âge de 16 ans, Martin Fortin a vu sa vie basculer lorsqu’un violent accident de la route l’a plongé dans le coma. C’était le 22 février 2000. Martin et un ami revenaient d’une simple soirée au cinéma. Ce soir-là, les conditions routières étaient difficiles et une collision latérale avec une autre voiture s’est produite.

Assis du côté passager du véhicule, Martin a reçu l’impact. Sa tête a percuté la mâchoire de son ami, brisant quelques dents à ce dernier, avant de heurter la fenêtre. Martin fut plongé dans le coma durant cinq semaines. Pendant cette longue période d’inquiétudes pour ses proches, il fut réanimé d’une mort cérébrale à trois reprises. Une fois sorti du coma, Martin a dû réacquérir toutes ses habiletés : marcher, écrire, parler… Il devait tout réapprendre et, surtout, apprendre à vivre avec un nouveau soi, un nouveau Martin. Pour y arriver, il a passé trois mois en réadaptation interne, et un peu plus de deux ans en réadaptation externe.

À l’âge de 16 ans, Martin Fortin a vu sa vie basculer lorsqu’un violent accident de la route l’a plongé dans le coma.

Martin Fortin affirme maintenant, 20 ans plus tard, que s’il a survécu, c’est grâce à sa ceinture de sécurité qui lui a sauvé la vie en étant attachée. Il a bel et bien appris à vivre avec un nouveau soi et, chaque jour, il utilise des moyens compensatoires pour améliorer ses conditions de vie. Par exemple, pour sa mémoire à court terme qui a été affectée, il utilise son téléphone et son iPad pour noter ses journées et ses idées, ainsi que son calendrier. Pour être plus attentif, il se permet des moments de repos à travers ses journées. Conscient de sa condition et en respectant ses limitations, il se donne la chance de réussir.

Sensibiliser, motiver et inspirer

Martin se rend dans les écoles pour s’adresser aux étudiants et raconter son parcours. Lors de ses passages devant les groupes, en plus de les sensibiliser sur l’importance de la sécurité routière, il encourage les jeunes à persévérer malgré les épreuves de la vie.

Ses conférences ont débuté à l’âge de 18 ans, lorsqu’un enseignant de l’école secondaire Polybel de Belœil, qui avait déjà été son entraîneur de baseball, l’a approché pour motiver un groupe d’élèves ayant des handicaps moteurs. Les huit étudiants prévus initialement se sont avérés être une quarantaine. Durant son intervention, il a fait un survol de sa vie avant l’accident, et de sa vie maintenant. La conférence s’est bien déroulée et lui a donné la piqûre.

Une professeure en éducation spécialisée souligne à quel point Martin parvient à « illustrer efficacement l’impact du savoir-être de l’intervenant dans son processus de réadaptation ». Une élève, ayant assisté à sa conférence, abonde dans le même sens. « J’ai trouvé intéressant d’avoir le point de vue d’une personne qui a vécu une réadaptation et qu’elle partage les comportements et attitudes qu’elle a appréciés des intervenants qu’elle a côtoyés. » 

Depuis, Martin rencontre environ 500 jeunes par année pour les motiver et les sensibiliser. Il leur apprend, entre autres, que lorsqu’on donne le deuxième effort, quand une situation est difficile et qu’on souhaite abandonner, c’est à ce moment que les résultats positifs se produisent.

Monsieur Bonheur
Depuis juin 2015, Martin Fortin porte un surnom significatif : Monsieur Bonheur. Ce surnom, il l’a reçu pour la première fois lors d’un concours dans un journal qui visait à souligner l’investissement d’une personne qui sème le bonheur dans son entourage ou sa communauté.

Martin est un homme inspirant. Maintenant père de deux jeunes filles, il a pu retrouver presque entièrement les capacités physiques qu’il avait avant l’accident, à force de détermination. Il a même écrit un livre, Trauma, journal d’un survivant, à travers lequel il encourage les victimes d’un traumatisme crânien à ne jamais baisser les bras. Le livre est disponible dans certaines bibliothèques (Saint-Hyacinthe et Belœil), et dans les livres électroniques d’Amazon.

Il y a 20 ans, la vie a donné à Martin Fortin une seconde chance, et il a relevé le défi de manière inspirante.

Écrire un commentaire >

  • Accident

    Bravo mon grand,

  • Ajouter un commentaire