• Politique
LETTRE OUVERTE

Le virus du P’tit Québec (2)

la Rédaction
  • LETTRE OUVERTE

 

Avant que n’arrivent les prochaines élections québécoises, il y a lieu de s’affranchir de la gestion ‘provinciale’ du gouvernement Charest. Pour cela, nous devons faire une lecture critique du « Québec dans le rouge »

Mais, prenons gare de ne pas laisser ce débat entre les seules mains d’économistes. Au-delà des chicanes de chapelles sur les idéologies économiques, il y a lieu de mobiliser la population dans un effort concerté, visant à imaginer des solutions aux préoccupations qui perdurent depuis des années.

Dans toutes mes années d’implication politique, sociale et syndicale, j’ai rencontré peu de gens qui avait prit la décision de demeurer dans la ‘recherche’, de confronter les idées reçues, et encore moins, des gens qui ont entreprit d’avoir un impact significatif autour d’eux en faisant, malgré certains sacrifices évident, ce que les autres ne font pas, assumant ainsi un leadership concret dans leur milieu.

Le militantisme peu et doit aussi être une école de leadership. Si l’on veut que les bottines suivent les babines, nous n’avons guère le choix que de chercher à canaliser talents, passions et détermination. Aucun leader n’est en lui-même une personne exceptionnelle. Ces gens, souvent ordinaire, ont cependant su créer pour réussir, un environnement exceptionnel. Ils ont profités du coaching de d’autres et instaurer un climat de travail fondé sur le respect et la réciprocité.

Il ne peut plus exister que des Jeff Fillion, il faut une « contre-mesure », une riposte. Notre capacité d’attirer des gens à s’impliquer doit-être raffiné afin que de nouvelles voix se fassent entendre. Il faut susciter de nouveaux talents dont les opinions formeront le creuset nécessaire à l’émergence de solutions innovantes. Il faut trouver via nos « cercles citoyens » la manière de non seulement faire naître l’espoir, mais encore, la façon de réseauter les gens. Cela permettrait de briser la dispersion des idées progressistes. Ce que le MÉPAQ et l’Alliance sociale ont commencé à propos d’alternatives budgétaires doit se poursuivre. Un projet de société basé sur des orientations progressistes est largement souhaitable et largement possible si on se tient debout !

« Il n’y a pas d’objectifs exceptionnels qui puissent être réalisés, sans des décisions et des contraintes exceptionnelles. » Ainsi va la vie…

Qui répondra à l’appel !!!

Jean Barrette

Porte-parole masculin pour l’association locale de Québec Solidaire de la circonscription de Saint-Hyacinthe

Écrire un commentaire >

  • Re: Le virus du P’tit Québec (2)

    je suis parfaitement en accord avec M. Barrette.
    si ’on pouvait avoir dans la même sale tous les leaders de ce monde attablé au même endroit qui mette de l’avant des solution qui peuvent avancer notre société.... WOW ... on ne serait plus en train de déblatéré sur la déchéance de notre patrie !!

  • Ajouter un commentaire