• Société
Une cinquième semaine de grève qui s’amorce dans la controverse et la tension

Journal d’un étudiant gréviste (3)

Par webmestre

Le jeudi 12 avril s’est tenue la cinquième assemblée générale extraordinaire des étudiants du cégep de St-Hyacinthe. La grève fut reconduite par une majorité très mince. 1700 étudiants ont pris part au vote secret organisé par l’association étudiante, le RÉÉCSH. 49,9 % étaient pour la reconduction du boycott (847 voix) ; 48,8 % contre (832 voix) ; 1,2 % abstentions (21 voix).

À l’heure où le premier ministre du Québec somme le mouvement étudiant de cesser toute forme d’intimidation, la page Facebook du RÉÉCSH fut prise d’assaut par des étudiants mécontents du résultat du vote. Le degré des critiques proférées à l’endroit de l’administration du RÉÉCSH variait selon les étudiants, bien que certains aient poussé l’association à désactiver la publication de commentaires et à en supprimer certains –jugés trop inappropriés– qui avaient déjà été rédigés sous l’annonce de la reconduction de la grève.

Une controverse est survenue alors que la direction et l’association étudiante ont tenté d’instaurer un vote électronique. Selon les dires du RÉÉCSH, la direction aurait refusé leur proposition qui stipulait un vote en classe à l’aide du numéro de demande d’admission, ce qui impliquait un décompte fait par des personnes attitrées à la tâche et une présentation en personne au cégep. Si la direction a repoussé du revers de la main la proposition avancée par le RÉÉCSH, l’association a refusé celle de la direction de procéder par un vote électronique par Omnivox (plateforme de communication intranet du cégep de St-Hyacinthe) pour des raisons de confidentialité, d’accès et de recomptage. Le RÉÉSCH redoute qu’à l’aide d’Omnivox, la direction puisse associer un nom avec un vote. De plus, certains étudiants, qui ont terminé leur formation au collège, ont toujours accès à leur compte sur omnivox, et ce, même après des délais aussi loin que deux ans, donc cela remet en question la validité même de ces votes.

La tension palpable lors de l’assemblée était surtout due au fait que la mobilisation anti-grève s’est accrue au cours des derniers jours. Plusieurs personnes qui, jusqu’ici, étaient restées muettes, ont pris position en défaveur du mouvement étudiant. Même si la démocratie implique des divergences d’opinions, il n’en demeure pas moins que les fondements argumentaires du nouveau mouvement anti-grève se basent principalement sur la peur que génèrent le gouvernement, les institutions scolaires et les médias de masse.

Même si chaque matin les grévistes du cégep maskoutain se présentent aussi tôt qu’à 7 h pour y tenir une ligne de piquetage, aux environs de 9 h c’est celle des verts/bleus qui a retenu l’attention des caméras de télévison en cette journée d’assemblée.

Au moment d’écrire ces lignes, la direction du cégep a publié un communiqué sur son portail invitant les étudiants à participer à une « consultation électronique fiable, confidentielle et accessible à tous les étudiants inscrits à la session d’hiver 2012. » Le communiqué dit que les résultats de cette consultation permettra à la direction de prendre une décision quant à une éventuelle reprise des cours mercredi prochain, le 18 avril, à 8 h. Pour le moment, ni le RÉÉCSH ni le syndicat des professeurs du cégep n’ont encore réagi à ce communiqué.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire