• Société

Journée internationale de l'alphabétisation : une petite marche pour l'homme, un grand pas pour la communauté

la Rédaction

 

Dans la ville de St-Hyacinthe, la Journée internationale de l'alphabétisation n'aura pas passer sous silence. S'étant déroulée le 8 septembre avec des activités telles qu'une marche à travers le centre-ville maskoutain et un forum de discussion sur la situation des personnes analphabètes, elle a été riche en révélations, en émotions et en actions significatives pour les personnes analphabètes. Bilan d'une journée mémorable pour la communauté maskoutaine, pour les organismes qui la supportent et pour Daniel Beausoleil, instigateur du projet.

Daniel et Marcel

Organisée par 4 organismes communautaires de la région (l'Aide pédagogique aux adultes et aux jeunes (APAJ), le Parrainage civique des MRC d'Acton et des Maskoutains, le Collectif de défense des droits de la Montérégie et le Centre d'intervention jeunesse), la journée a démarré par la marche de Daniel Beausoleil, membre le l'APAJ et du Parrainage civique, entre le Centre des loisirs de Ste-Madeleine et le Parc Casimir-Dessaules à St-Hyacinthe. Accompagné par Marcel Jobin, ancien champion de marche olympique, Daniel a marché 12,5 kilomètres avant de rejoindre un groupe de marcheurs qui les attendaient afin de poursuivre les déambulations à travers le centre-ville. Environs 75 personnes étaient présentes à cette marche parmi lesquelles on comptait principalement des membres d'organismes communautaires maskoutains mais aussi des personnes issues de groupes d'alphabétisation en provenance de Sorel et de Montréal.

de gauche à droite, derrière : David-Alexandre Grisé, conseiller en défense de droits au Collectif de défense des droits de la Montérégie ; Daniel Beausoleil, instigateur du projet et membre du Parrainage civique et de l'APAJ ; Marcel Gélinas, organisateur communautaire ; Marcel Jobin, ancien champion de marche olympique. Devant, au centre : Marie-Ève Francoeur, agent de promotion du Parrainage civique des MRC d'Acton et des Maskoutains et, à sa gauche, Isabelle Giguère, coordonnatrice de l'APAJ (Aide pédagogique aux adultes et aux jeunes). Suite à cette marche, un forum de discussion ayant pour objectif de relever les jugements dont sont victimes les personnes analphabètes a eu lieu. Des voeux visant à améliorer le sort de ces personnes ont aussi été formulés, identifiés à partir des besoins et des situations rencontrées par les participants. Les idées partagées par le groupe ont été rassemblées dans un document qui a été remis à Mme Chantal Soucy à la fin de l’événement. "Les personnes analphabètes ont rarement la chance de se faire entendre directement des instances décisionnelles en raison, justement, de leur difficulté avec l'écrit. Nous espérons, par ce document qui représente beaucoup pour ces personnes, qu'elles seront enfin entendues et prises en compte dans les décisions les concernant.", souhaite Isabelle Giguère, coordonnatrice de l'APAJ.

Présents lors de l'événement, Denis Chicoine et Christian Pelletier du Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec en ont profité pour parler des démarches qui ont été accomplies cette année. En effet, ce 8 septembre, chacun des députés de la province s’est vu remettre un document spécialement conçu pour l’occasion. Inspiré du fameux bescherelle, un outil de référence sur les conjugaisons des verbes en français, le Bêcherons (titre du document) conjugue les difficultés vécues par les personnes analphabètes en lien avec les politiques d'austérité adoptées par le gouvernement actuel. Dave Turcotte, porte-parole de l’Opposition officielle en matière d’alphabétisation, était aussi présent lors de l’événement pour souligner l’importance de l’alphabétisation.

Selon les dernières études, 1 personne sur 5 au Québec éprouverait des difficultés majeures en lecture et en écriture et la province compterait près de 1 millions d'analphabètes. Qu'est-ce qui peut expliquer de telles statistiques en 2015 ? "Si on ne tient pas compte de la génération des personnes ayant vécu avant l'arrivée de l'école obligatoire en 1962, on peut pointer du doigt le manque de ressources et d'encadrement des personnes vivant des difficultés d'apprentissage", souligne Mme Giguère. "Les enfants issus de milieux sociaux défavorisés, dont les parents sont souvent eux-mêmes peu scolarisés, sont aussi des personnes à risque d'éprouver des difficultés sévères en lecture et en écriture à l'âge adulte. Parce que, lorsque l'on vit des situations difficiles à la maison, que nos parents peinent à joindre les deux bouts ou vivent du stress ou de la détresse émotionnelle en raison de leur situation, il est difficile pour un enfant de se concentrer sur ses apprentissages.", ajoute-t-elle. C'est dire que l'analphabétisme est un problème pour les individus qui le vivent, oui, mais que c'est aussi - et surtout - un problème de société, d'où l'importance de s'y pencher collectivement pour trouver des solutions.

Un pas important a été fait ce 8 septembre dans la communauté maskoutaine pour les personnes vivant des difficultés en lien avec la lecture, les chiffres et l'écriture. Il en reste cependant beaucoup à accomplir afin de mettre en place toutes les ressources nécessaires à leur alphabétisation et à leur intégration. Pour cette raison, Daniel Beausoleil, lui-même en plein processus d'alphabétisation, compte poursuivre son projet à travers d'autres marches comme celles-ci dans toute la province. Entre temps, il s'appliquera aussi à progresser dans ses apprentissages accompagné par l'APAJ. Avec beaucoup de persévérance, d'efforts et l'accompagnement de ressources appropriées à son rythme et à sa situation, il pourra à lire cet article d'ici quelques années...

Pour plus d'informations sur les ressources en alphabétisation de la région, pour devenir bénévole en alphabétisation ou pour soutenir la cause, contactez l'APAJ au (450) 261-0384 

 

Écrire un commentaire >

  • Re: Journée internationale de l'alphabétisation : une petite ...

    J'ai participé à la marche à titre personnel et pour mon organisme. Cet évènement est un beau message d'espoir de détermination. Bravo à Daniel et M. Jobin et toutes les personnes chargés de l'organisation et de la promotion qui sont d'ailleurs présentes sur la photo. Une belle marque de solidarité.

  • Ajouter un commentaire