• Le plus+

Témoignage d’ado : finir son secondaire en confinement

Janie Fontaine

CONTENU PARTENAIRE

 

Juin 1998, Hôtel des Seigneurs de Saint-Hyacinthe — Des centaines d’élèves en beaux habits et en superbes robes de bal parcourent le stationnement avec leurs amis afin de célébrer la fin de leur secondaire. Témoignages de professeurs, fous rires et dernières danses : l’émotion est palpable. C’est la fin de cinq années d’apprentissages et de découvertes sur soi.

Juin 2020, dans le monde entier — Tout est sur pause. Depuis mars, les finissants des écoles secondaires ne se voient qu’à travers un écran. Les habits et les robes de bal sont suspendus dans les garde-robes dans l’espoir d’être portés. Une année semi-achevée, des au revoir imprévisibles, un parcours chamboulé. Les finissants de cette année vivent, sans contredit, une tout autre réalité que ce que l’on connaît habituellement.

Plus tôt en juin, le personnel de l’École secondaire Saint-Joseph a conclu l’année de belle façon. Grâce à la participation de Lussier Chevrolet Buick GMC pour le prêt de trois véhicules électriques, il a fait la livraison à domicile des albums de finissants à ses 170 anciens élèves. Une façon écologique et confortable de faire plaisir à plus d’un !

Plus tôt en juin, le personnel de l’École secondaire Saint-Joseph a conclu l’année de belle façon. Grâce à la participation de Lussier Chevrolet Buick GMC

Durant quatre jours, des membres du personnel ont sillonné les routes de la région pour aller au domicile de chaque élève. Sylvain Brabant, directeur des services aux élèves en 5e secondaire, nous raconte comment s’est passée la fin de l’année scolaire en mars dernier. « Nous avons voulu souligner le départ de nos finissants de façon un peu spéciale. Lorsque la cloche de 15 h 30 du 12 mars 2020 a sonné, tout comme nous, ces derniers étaient loin de se douter que c’était leur dernière journée dans les murs de l’ÉSSJ. Nous comprenons que c’est une fin de secondaire difficile et triste pour plusieurs. Nous souhaitions avoir un peu de décorum pour cette courte visite : attention spéciale, signature d’une fresque, une petite gâterie et une sortie par la grande porte avec une décoration de ballons, et nous avions déroulé le tapis rouge pour l’occasion… le tout en respectant les règles ! “C’est un au revoir et non un adieu ! Nos finissantes et finissants sont notre nouvelle cuvée d’anciennes et d’anciens de l’ÉSSJ. Comme membres de la famille, vous serez toujours les bienvenus.” »

Alexis et Ariane, deux finissants de secondaire 5, se voient déçus de cette fin, mais ne manquent pas de souligner leurs belles années. « Au final, je suis déçu de finir comme ça, mais je suis fier de mon parcours. Quand on nous a remis notre album de finissant, j’ai compris que c’était bel et bien la fin. […] Je souhaite que tout un chacun, qu’il commence ou qu’il finisse son secondaire, en profite parce que nous n’avons qu’une vie et qu’il faut en profiter. Comme dit le dicton : vaut mieux avoir des remords que des regrets », soutient Alexis Pion.

« Je trouve cela très triste parce que c’étaient les derniers moments qu’on passait avec nos amis, puis on aurait tous aimé pouvoir aller à notre bal et à notre collation des grades pour bien finir tout ça. Je suis contente que l’école ait pensé à nous de cette [façon avec la livraison de l’album]. On se sent moins oubliés et c’était agréable de revoir certains de mes professeurs », exprime Ariane Vallée-Guérin.

Éric et Alexis Pion

Pour les parents, c’est aussi une épreuve d’accompagner les finissants en ce temps de confinement, eux qui ont été aux premières loges de leurs défis et de leur réussite. « Je suis tellement fière de mon fils ! Il s’est vraiment épanoui durant cette grande aventure. À la rentrée du secondaire, Alexis n’était pas l’adolescent débordant de confiance et d’énergie qu’il est aujourd’hui. Il s’est épanoui par le biais du parascolaire et du sport étudiant. Dès le début de son secondaire, Alexis a participé à plusieurs comités au sein de l’école et il s’est investi comme acteur au gala méritas annuel, ce qui lui a permis de remédier au manque de confiance qu’il pouvait avoir en lui et, du même coup, de découvrir une passion pour les arts dramatiques et la scène. En tant que parent, je ne peux qu’être admirative de son parcours scolaire au sein de cette grande famille qu’est l’École secondaire Saint-Joseph. Je tiens à remercier tous ceux qui ont croisé son chemin et qui ont pu influencer Alexis dans son cheminement scolaire et personnel, car, aujourd’hui, c’est un jeune homme fier de lui et nous aussi le sommes », affirme Catherine, la mère d’Alexis.

« En tant que mère d’une finissante, je dois admettre que la situation actuelle m’attriste énormément. J’ai vu ma fille travailler fort et s’impliquer dans son école pendant cinq années. Le but ultime était, bien entendu, l’obtention de son diplôme d’études secondaires, mais il y avait également la hâte de pouvoir vivre la célébration des finissants ainsi que le bal. Toutefois, la direction de l’École secondaire Saint-Joseph a tenu à démontrer à ses élèves finissants toute l’admiration, l’amour et la fierté qu’elle éprouve pour eux. Voir ma fille sortir par la grande porte fut un moment émouvant. La regarder s’avancer sur le tapis rouge fut un baume sur mon cœur de maman. Il est clair que jamais on ne pourra oublier cette fin d’année hors de l’ordinaire », souligne Julie Vallée, enseignante à l’ÉSSJ et maman d’Ariane.


Bonne continuité à tous les étudiants-finissants !

 

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire