• Culture

L’ascension fulgurante de Maxime Gabriel

Carl Vaillancourt

De rappeur de son quartier durant son adolescence à son illustre carrière sous le pseudonyme Farfadet dans les années 2010 jusqu’à produire la musique de l’une des plus grandes vedettes du rap français; voilà le parcours incroyable de l’artiste maskoutain Maxime Gabriel. Élevé dans un environnement où la musique occupait une place importante, celui-ci entend bien atteindre le prochain niveau d’ici deux ou trois ans.

« J’ai travaillé avec beaucoup d’artistes d’ici, mais aussi quelques-uns en France, dont Sinik, mais là on commence à regarder du côté américain pour élargir notre offre », a expliqué celui qui baigne dans la musique depuis déjà une vingtaine d’années, et ce, malgré qu’il ne soit âgé que de 36 ans.

L’artiste maskoutain Maxime Gabriel. Élevé dans un environnement où la musique occupait une place importante, celui-ci entend bien atteindre le prochain niveau d’ici deux ou trois ans. Photo : Gracieuseté

Avec un excellent sens de la rythmique, Maxime Gabriel a développé une expertise nichée dans la production de la musique qui accompagne les paroles des rappeurs. Dans cette industrie, ceux qui composent les arrangements sonores sont appelés des beatmakers. Aujourd’hui, Maxime Gabriel se considère plus que cela. Il compose également des chansons pour certains artistes en plus de trouver la synergie entre paroles et instruments.

« C’est un art en soi. Je suis chanceux, j’ai développé ce talent dès mon jeune âge. J’adorais trouver les bons arrangements musicaux pour faire ressentir davantage les paroles des chansons. C’est maintenant devenu mon travail », a-t-il lancé à la blague.

Un producteur musical recherché

Grâce à son travail avec la vedette québécoise Souldia, le petit gars de Saint-Hyacinthe est devenu une référence dans le milieu du rap. L’une de ses dernières collaborations avec Sinik a fait décoller sa carrière comme producteur musical. Comme le milieu du rap francophone est très niché, plusieurs artistes l’ont contacté pour travailler avec celui qui, jadis, était lui-même un rappeur fort apprécié du public québécois.

Avec toute l’humilité qu’on lui connaît, celui-ci dit avoir encore de l’apprentissage à faire pour être au niveau qu’il aimerait être. Avec de gros objectifs viennent de grandes réalisations; voilà la réalité qui l’attend pour les prochaines années. Il vient de créer une nouvelle boîte qui s’appelle GEN1US, un nom qui fait directement référence à son génie musical ainsi qu’à celui de son associé.

« Avec mon associé Christophe Martin, on veut élargir nos horizons vers les États-Unis. Il y a d’excellents artistes émergents avec lesquels nous voudrions travailler pour faire connaître leur musique et, en même temps, développer notre réseau de contacts au sud de la frontière », d’indiquer celui qui a démarré sa carrière musicale comme chanteur avec le groupe Mauvais Acte et son ami de longue date, le chanteur Rymz.

Un passionné de musique

Si vous demandez à Maxime Gabriel ce qu’il aimerait faire plus tard, sa réponse ne vous surprendra pas tellement. Celui-ci espère vivre de la musique tout au long de sa carrière professionnelle. Il avoue être passionné de ce milieu et que sa flamme n’est pas près de s’éteindre.

« J’adore écouter des paroles et trouver les arrangements qui permettront de créer un univers musical unique. C’est ma grande force! Les artistes viennent me voir parce qu’ils savent que j’ai une vision de la musique personnalisée pour chacun selon leur style et ce qu’ils veulent projeter comme sons », a-t-il ajouté.

Même si chanter est une vocation pour lui, il préfère se concentrer davantage sur le volet de la production musicale pour l’instant. Durant les 24 mois de pandémie, il a produit non pas un ou deux albums de Souldia, mais bien trois albums pour la vedette locale du rap québécois. C’est justement ce travail et la proximité créée avec Souldia qui lui a permis de travailler sur la production de quelques-unes des chansons du Français Sinik. Ce dernier est considéré encore aujourd’hui comme une légende vivante du rap chez nos cousins.

« Quand Souldia a fait une collaboration avec Sinik, celui-ci cherchait un producteur pour une de ses nouvelles chansons. Souldia lui a parlé de moi. On s’est rencontrés quand il est venu au Québec, puis on a commencé à travailler ensemble », a-t-il fait valoir.

Parcourir le monde et faire de la musique avec de grands artistes connus, c’est souvent le rêve des producteurs de musique, et ce, peu importe la provenance de ceux-ci. Pour Maxime Gabriel, il n’y a rien de mieux que de jouer de la musique devant les siens. L’artiste maskoutain et ses acolytes de longue date, dont le chanteur maskoutain Rymz, ont eu la chance de livrer une prestation endiablée sur le parquet lors de l’Exposition agricole de Saint-Hyacinthe le 30 juillet dernier. Comme quoi il n’y a rien de mieux que jouer à la maison!

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire