• Culture

Pierre Brousseau, l’homme de radio

Roger Lafrance

Pour bien des Maskoutains, Pierre Brousseau demeure la voix radiophonique de Saint-Hyacinthe tellement sa voix réconfortante a fait partie de leur quotidien. Pourtant, depuis 2002, l’animateur est absent des ondes maskoutaines. Il se fait plutôt entendre à Radio Acton, la radio communautaire d’Acton Vale. Son émission du matin a même des airs de Saint-Hyacinthe puisqu’il est accompagné d’un autre Maskoutain bien connu : Michel Morissette.

« Je suis très privilégié de faire encore de la radio, affirme-t-il, en entrevue à Mobiles. Je connais tellement d’anciens collègues qui n’ont jamais pu refaire de radio. D’ailleurs, je ne suis pas encore à la veille d’accrocher mon micro. »

Dans les faits, Pierre Brousseau a consacré sa vie à la radio. C’est en 1975 (45 ans, cette année !) qu’il est recruté par l’ancienne station CKBS. Déjà, à l’époque, il animait à la radio du Cégep de Saint-Hyacinthe, organisait des spectacles et animait des disco-mobiles.

« C’est la technique qui m’a amené à la radio. Mais ma base, au niveau de la musique, vient de mon père qui, lorsque j’étais jeune, me faisait écouter beaucoup de musique, du big band, du jazz et de la musique populaire de l’époque. »

Cette année, Pierre Brousseau aura cumulé 45 ans derrière un micro ! Photo Roger Lafrance

Durant toutes les années CKBS-CFEI, il a fait de tout : morning man, producteur d’émissions et publicités. Mais la radio, on le sait, est un milieu implacable. En 2002, malgré toutes ses années de service, il s’est fait montrer la porte par les nouveaux patrons. Fin quarantaine, il s’est retrouvé sans emploi et aucun autre débouché pour un animateur de radio à Saint-Hyacinthe.

Pendant deux ans, il a travaillé dans le domaine des assurances pour le groupe ING (Intact). Toutefois, il n’est pas disparu de la vie publique. On le voyait toujours à la télé communautaire, aux retransmissions des séances du conseil municipal ou aux élections, et on le demandait pour animer des galas.

Puis, le hasard l’a fait rencontrer le directeur de la nouvelle radio communautaire d’Acton Vale. Il est rapidement devenu le morning man attitré, en plus d’être producteur et directeur de la programmation. Son bagage d’expériences est le bienvenu à cette toute nouvelle station.

Malgré la petitesse de son marché, Radio Acton (CFID-FM) réussit à tirer son épingle du jeu et à rejoindre un auditoire intéressant réparti entre Saint-Hyacinthe, Drummondville et Granby. C’est une radio proche de son marché, avec un choix musical connecté sur les goûts des gens.

Pour Pierre Brousseau, la radio demeure un médium essentiel, même si on lui prédit, depuis des années, qu’elle n’a plus d’avenir. « Quand tu fais une radio qui se colle à la réalité des gens, elle devient un élément important de leur vie, affirme-t-il. Le matin, les gens nous écoutent à des moments précis, au moment où ils déjeunent, s’occupent des enfants ou qu’ils sont en route pour le travail. Si on a un peu de retard dans notre programmation, ils s’en rendent vite compte ! »

Aujourd’hui, alors qu’il atteint l’âge de la retraite, l’animateur entend continuer quelques années de plus derrière son micro, même s’il a réduit quelque peu ses heures et ses responsabilités. À la station, iI accueille les jeunes stagiaires et les guide dans le quotidien d’une radio.

« Ils arrivent avec une meilleure formation que celle que j’avais à l’époque. C’est le fun de travailler avec des jeunes, car ils m’amènent autant que je peux leur apporter.»

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire