• Société

195 000 $ aux organismes de la MRC pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion

Paul-Henri Frenière

Une première tranche de 195 000 $ sera disponible pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale en 2020 dans la MRC des Maskoutains. C'est ce qu'a annoncé la préfet, Francine Morin, lors d'une conférence de presse qui a eu lieu le mois dernier à Saint-Hyacinthe.

Cette somme est issue d'une enveloppe de 390 000 $ qui sera consacrée à cette fin d'ici 2023.  La députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, a pour sa part souligné que cet argent provient du Fonds québécois d’initiatives sociales, en collaboration avec le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et qu'il sera attribué par la Table de concertation régionale de la Montérégie qui agit à titre de mandataire.

Priorités et admissibilité

Les priorités identifiées dans le plan d’action 2019-2023 de la MRC des Maskoutains sont la sécurité alimentaire, l’insertion professionnelle, l’habitation et la prévention du décrochage scolaire.

Les projets admissibles devront répondre à au moins un des enjeux identifiés dans ce plan d’action. Les initiatives abordant plus d’une thématique se verront quant à elles traitées de façon prioritaire. Enfin, l’exécution du projet doit impliquer plus d’un organisme et ses actions doivent idéalement toucher un minimum de cinq municipalités du territoire de la MRC des Maskoutains, a-t-on précisé.

Marie-Pier Lévesque St-Onge (CISSME), Jeannot Caron (Ville de Saint‑Hyacinthe), Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe, Simon Proulx (CDC), Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains, Alain Jobin, maire de Saint-Barnabé-Sud et président du comité de développement social et Steve Carrière, agent de développement. Photo : Les Studios François Larivière

Les organismes admissibles à présenter un projet sont les Organismes à but non lucratif (OBNL), les coopératives considérées comme OBNL par Revenu Québec, les organismes municipaux et les municipalités.

Procédures

« À noter que les organisations qui veulent soumettre un projet ont jusqu’au 30 avril 2020 pour le faire. La procédure et le cadre de référence de l’Alliance pour la solidarité se trouvent sur le site Internet de la MRC au www.mrcmaskoutains.qc.ca, onglet culture et vie communautaire/lutte contre la pauvreté »  a mentionné Steve Carrière, agent de développement de la MRC, qu'on peut rejoindre au 450 768-3005 ou par courriel à scarriere@mrcmaskoutains.qc.ca.

Les projets retenus pourraient recevoir leurs subventions dès l'été prochain, a avancé le directeur général de la MRC, André Charron.

Des exemples ailleurs au Québec

D'autres régions de la province ont déjà accepté des projets dans le cadre de ce programme et c'est le cas, entre autres, du Centre du Québec, a appris le journal MOBILES.

Par exemple, la Corporation de développement communautaire Nicolet-Yamaska a reçu 278 702 $ pour la poursuite du projet de sécurité alimentaire « La carotte joyeuse ».

De plus, le Centre d’entraide Contact de Warwick a eu le feu vert pour l'ouverture d’un restaurant à prix modique avec le plateau de réinsertion sociale en transformation alimentaire. Ue projet de près de 100 000 $.

Enfin, l'Office d'habitation de Drummond bénéficiera d'une somme de 185 140 $ pour la mise en place d’un service d’aide à la recherche de logement, a rapporté le journal La Nouvelle Union.

Sur le territoire de la MRC des Maskoutains, le comité de l’Alliance pour la solidarité regroupe des intervenants de la MRC, du Centre intégré de santé et des services sociaux de la Montérégie-Est (CISSME) et de la Corporation de développement communautaire (CDC) des Maskoutains.

« J’ai confiance en l’expertise des organismes de notre MRC pour élaborer des projets concrets qui améliorent les conditions de vie des gens de notre région. Je tiens d’ailleurs à les remercier de leur mobilisation et leur dynamisme » a souligné la députée Chantal Soucy.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire