• Culture
Livres

Ces héros qui nous habitent

Anne-Marie Aubin

Les livres ne sont pas des objets comme les autres, du moins pour le grand lecteur qu’est l’écrivain Alberto Manguel, lui qui les collectionne depuis longtemps. Tout comme lui, plusieurs personnes ont besoin d’être entourées de leurs petits trésors, témoins d’une expérience de lecture particulière. Dans son essai Monstres fabuleux, l’auteur argentin présente 41 héros qui ont marqué son imaginaire. 

Ce recueil, d’abord paru aux éditions Actes Sud, présentait 38 personnages de la littérature internationale. Il se voit augmenté de trois héros québécois dans l’édition publiée chez Leméac : la Sagouine, le Matou et Albertine. De l’enfance à aujourd’hui, Manguel se raconte à travers ses lectures et surtout, s’interroge sur l’impact que certains personnages fabuleux exercent sur nous.

Les livres réconfortants

On entre dans ce livre comme dans les carnets intimes de l’auteur. Intitulé du nom d’un personnage et illustré par l’auteur à la manière d’une esquisse, chaque texte relate une expérience vécue. De plus, Manguel trace les sources, les racines profondes de ces monstres fabuleux et transpose ces héros dans le monde d’aujourd’hui : « Quels sont nos monstres aujourd’hui ? […] Hitler, Staline, Pinochet, Bachar el-Assad, les tueurs en série, les violeurs ont tous été qualifiés de monstres... »

Auteur, traducteur, éditeur et critique littéraire, cet érudit revisite les héros des textes de Grimm, Shakespeare, Dante, Flaubert, Ibsen, Salinger… et Tremblay, Maillet, Beauchemin, auteurs plus près de nous.

Fils d’un ambassadeur, Alberto Manguel a beaucoup voyagé pendant son enfance et les livres ont été pour lui très réconfortants lorsqu’il se trouvait dans un nouveau pays où l’on parle une nouvelle langue : « Les chambres dans lesquelles je dormais, les mots prononcés devant chez nous, les paysages alentour ne cessaient de changer. Seule ma petite bibliothèque demeurait la même, et je me rappelle le soulagement intense que je ressentais lorsque, bordé à nouveau dans un lit inconnu, j’ouvrais mes livres et là, sur la page attendue, retrouvais la même vieille histoire et la même vieille illustration. Mon «chez moi», c’était un lieu dans les histoires, à la fois dans l’objet matériel que je tenais entre les mains et dans les mots imprimés. »

Des héros inspirants

Cette autobiographie racontée par les lectures révèle le lien intense que Manguel a développé avec différents personnages littéraires devenus légendaires. Certains l’accompagnent depuis l’enfance tels que Sindbad, Superman, Alice, la Belle au bois dormant … et d’autres l’inspirent et l’aident à écrire :

« Lorsque j’écris, mes amis imaginaires m’aident…Quand Jo dans les Quatre Filles du docteur March, s’enferme dans sa chambre, enfile son « costume de scribouilleuse » et « tombe dans son vortex », selon son expression, écrivant de tout son cœur et de toute son âme « car tant que cela n’est pas fini elle ne pouvait trouver aucune paix. » Il est rare que je puisse convoquer une énergie créative aussi persistante. »

Pour plusieurs lecteurs étrangers, particulièrement les anglophones, l’Acadie est associée au célèbre poème « Évangéline » de Longfellow. Selon Manguel, le personnage de la Sagouine d’Antonine Maillet est plus inclusif qu’Évangéline : « La Sagouine sait que ce qu’il lui faut c’est, symboliquement, ce qu’il faut à l’Acadie. Si Évangéline ne se souciait que du sort de son amour et de son amoureux, et endurait l’exil forcé de son peuple comme une contingence de son destin personnel, la Sagouine sait qu’être un Acadien n’est jamais une entreprise individuelle. Le paradis qu’elle souhaite à l’Acadie restaurée est simple mais collectif. »

Finalement, ce recueil offre un beau tableau de personnages que Manguel nous donne envie de revisiter. Il démontre également comment nos lectures peuvent être déterminantes, susciter de l’empathie (ou le contraire !), influencer nos choix de vie, nous guérir et même offrir des solutions à nos conflits.

« L’expérience du monde- l’amour, la mort, l’amitié, la perte, la gratitude, la confusion, l’angoisse, la peur - , toutes ces choses et aussi ma propre identité changeante, je les ai apprises des personnages imaginaires rencontrés au fil de mes lectures, bien plus que de mon visage indistinct dans le miroir ou de mon reflet dans les yeux d’autrui. »

*************

Alberto Manguel.  Monstres fabuleuxDracula, Alice, Superman, La Sagouine et autres amis littéraires. Illustrations d’Alberto Manguel. Leméac,  2020, 267p.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire