• Culture
Livres

Deux textes jeunesse gaspésiens

Anne-Marie Aubin

Pour son premier mini roman jeunesse, Anatole qui ne séchait jamais, Stéphanie Boulay, de New Richmond, a reçu le Prix TD 2019.  Orbie, illustratrice bien connue de Cap d’Espoir, signe le texte d’un premier album jeunesse : On a un problème avec Lilou la loutre, pour lequel elle a reçu, entre autres, le prix Cécile Gagnon 2019.  Deux beaux succès pour des premiers textes très prometteurs.

Anatole mal dans son corps

Stéphanie Boulay met en scène un jeune garçon qui n’a pas les mots pour exprimer ce qui le fait pleurer, ce qui le rend triste.  Son père est un peu découragé mais Régine, sa sœur aînée, cherche à trouver ce qui rend Anatole si malheureux.

Par différents moyens, elle amène son petit frère à s’exprimer. Ensemble, ils dessinent, ils échangent des jouets, ils choisissent de nouveaux vêtements… Avec la complicité et l’amour de sa sœur, Anatole se sent bien mieux dans son corps, ses larmes sèchent et toute la famille se réjouit.

L’auteure démontre combien le regard des autres et les commentaires peuvent parfois blesser, briser la confiance et l’estime de soi :  « Mon petit papa m’a appris quelque chose que je n’oublierai jamais […] tant que ton corps sera confortable et agile, tant qu’il se montrera content de l’intérieur, alors tu seras forte et jolie comme toutes les autres petites filles et tous les petits garçons de la terre égal. Parce que l’important, ce n’est pas ce dont ton corps a l’air, c’est comment il te porte et te pousse à faire tout ce que tu aimes dans la vie. Laisse-le être le reflet de ton merveilleux jardin intérieur. »

Agathe Bray-Bourret illustre de façon vivante et très colorée les scènes de ce récit d’actualité sur la différence et l’acceptation de soi. Rappelons que ce duo a remporté en novembre dernier, pour Anatole qui ne séchait jamais, le Prix littéraire TD de littérature canadienne pour la jeunesse.

On a un problème avec Lilou la loutre

Orbie est surtout connue pour sa façon rigolote d’illustrer les récits des auteurs jeunesse,  mais cette fois elle signe et illustre un premier album autour d’un joli personnage: Lilou.  Cette petite loutre a une obsession : glisser partout, quelle que soit la saison. Sa passion pour la glisse perturbe la vie des animaux qui vivent autour d’elle : « C’est la cinquième paire de lunettes que je dois acheter ce mois-ci! s’indigne la taupe. »

Il faut voir l’orignal en séance de thérapie chez le hibou : « Je préfère encore croiser des chasseurs… confie Pascal l’orignal. »  Et l’ours, qui lit calmement le journal en faisant ses besoins quand soudain Lilou lui lance des limaces pour mieux glisser sur son dos : « Trop c’est trop, grogne Couscous l’ours. »  

L’illustratrice présente son personnage intrépide en pleine nature.  Des phylactères, des onomatopées, des rimettes et plein de petits détails savoureux ajoutent au récit : « Moi, je n’ai pas de problème avec Lilou la loutre, marmonne Éric le porc-épic. »  Exaspérés, les animaux cherchent et trouvent une solution qui fera le bonheur de tous!  Éclats de rire garantis!

*********************

Stéphanie Boulay. Anatole qui ne séchait jamais. Illustrations de Agathe Bray-Bourret. Éditions Fonfon, 2018, 80 p. (Histoires de vivre)

Orbie. On a un problème avec Lilou la loutre. Éditions Fonfon, 2018, 32 p. (collection Histoires de rire)

 

 

 

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire