• Politique
Dossier

L'arrêt du chantier Groupe Sélection inquiète

Carl Vaillancourt

Quelques semaines après qu’un juge de la Cour d’appel ait autorisé le regroupement des prêteurs du Groupe Réseau Sélection à nommer la firme comptable PricewaterhouseCoopers de la restructuration financière de l’entreprise spécialisée dans les résidences pour personnes âgées (RPA), la communauté maskoutaine s’inquiète du projet Waltz, un des 15 projets en cours de l’entreprise. Depuis la décision entérinée par la Cour d’appel le 28 novembre dernier, la situation sème l’émoi chez les élus, l’opposition municipale et les acteurs locaux du secteur.

L'arrêt du chantier Groupe Sélection, une embûche pour la réfection de la promenade Gérard-Côté?  Photo : Nelson Dion

Lors du conseil municipal du 21 novembre, la cheffe de Saint-Hyacinthe unie avait interpellé le conseil municipal sur l’inquiétude de la communauté quant à l’annonce faite dans les médias sur la viabilité financière du Groupe Réseau Sélection. Le maire de la Ville de Saint-Hyacinthe, André Beauregard, avait lui aussi partagé son inquiétude face à la situation.

« On est inquiets tout comme vous! On est inquiets de ce qui se passe avec le Groupe Réseau Sélection en ce moment. Je ne souhaiterais pas que ça devienne l’Îlot Voyageur comme à Montréal. Je ne souhaiterais pas que ça devienne un projet comme ça », avait lancé le maire André Beauregard le 21 novembre dernier.

Le conseil municipal souhaite toutefois étudier toutes les pistes possibles sur un éventuel repreneur du projet dans le cas où le Groupe Réseau Sélection viendrait à délaisser le projet après la restructuration financière prévue dans les prochains mois. C’est du moins ce qu’a laissé entendre le maire lors de cette séance publique.

Une situation peu probable aux yeux de celle qui prétendait à la mairie en novembre 2021.

« Trouver un repreneur pour un projet de 50 M$, ça ne se fait pas en criant ciseau! Ça prend une entreprise qui a les reins assez solides pour reprendre un projet d’envergure de la sorte. Je ne dis pas qu’il n’y a pas d’entreprises qui peuvent le reprendre, mais c’est plutôt restreint », a renchéri la cheffe de Saint-Hyacinthe unie.

En plus de cet aspect, Marijo Demers s’est dite inquiète sur un nombre considérable de facteurs en lien avec le dossier.

« Le projet semble en voie d’être compromis. Ma première inquiétude est est-ce que le projet va voir le jour? Deuxième chose, si le projet ne voit pas le jour, allons-nous voir un chantier inachevé entouré de grillages? Le maire lui-même a fait référence à l’Îlot Voyageur de l’UQAM, on ne veut pas ça à Saint-Hyacinthe », a-t-elle mentionné.

Une embûche pour la réfection de la promenade Gérard-Côté?

En entrevue avec le Journal Mobiles, Marijo Demers a avoué qu’il y a plusieurs inquiétudes relatives concernant le dossier du Groupe Réseau Sélection. L’une de ses inquiétudes touche le projet de la réfection de la promenade Gérard-Côté et la construction de la Place des spectacles.

« Ça fait une ombre au tableau. Ça fait partie des inquiétudes. Dans la livraison complète de A à Z de la promenade Gérard-Côté, on sait que le projet est divisé en quatre phases. Les phases 1 et 2 sont déjà lancées et attendues prochainement. On se demande, avec la hausse des taux d’intérêt, les matériaux de construction et la main-d’œuvre, quand la promenade sera complétée dans son entièreté », a ajouté Marijo Demers, qui souhaite voir la Ville de Saint-Hyacinthe se prononcer sur un échéancier clair de la construction complète de la promenade Gérard-Côté.

Lors de la période de questions du conseil municipal le 21 novembre dernier, le conseiller municipal du district Cascades, Jeannot Caron, a avoué que cette annonce était pour le moins inattendue par les acteurs du secteur qu’il représente depuis 2017.

Néanmoins, il est clair sur le fait que le projet de réfection de la promenade Gérard-Côté et de la Place des spectacles auront lieu comme ils étaient prévus initialement.

« Peu importe ce qui arrive avec le Groupe Réseau Sélection, je pense que le conseil s’est prononcé sur le fait qu’on aille de l’avant pour faire en sorte de se doter d’une promenade Gérard-Côté et d’une Place des spectacles. »

Dans la même veine, la Ville de Saint-Hyacinthe a adressé un courriel à cet effet. Le Journal Mobiles a questionné le service des communications de la municipalité afin de savoir si la Ville avait obtenu de nouvelles informations en lien avec le dossier à ce jour.

Dans un courriel acheminé le 9 décembre dernier, la directrice générale adjointe aux communications et à la participation citoyenne, Brigitte Massé, a confirmé que la Ville n’avait pas de nouvelles informations dans ce dossier.

« Il n’y a pas de nouveau développement dans le dossier de Groupe Sélection à Saint-Hyacinthe pour l’instant », peut-on lire dans un courriel échangé avec le représentant du Journal Mobiles.

La firme comptable PricewaterhouseCoopers a préféré ne pas commenter le dossier, puisque celui-ci est actuellement devant les tribunaux. C’est ce qu’a fait savoir par courriel la gestionnaire senior des relations publiques de l’entreprise, Julie Ibrahim.

 

*******

Des doutes en lien avec la réfection de la promenade Gérard-Côté

Dévoilés en grande pompe cet automne par la Ville de Saint-Hyacinthe, les plans de la nouvelle promenade Gérard-Côté ne font pas l’unanimité auprès des acteurs maskoutains. Par l’entremise de sa présidence, le Comité des citoyens et citoyennes pour la protection de l’environnement maskoutain (CCCPEM) émet quelques doutes concernant le plan architectural mandaté par la Ville.

« Nous avons quelques inquiétudes et réserves quant aux devis présentés, mais surtout, nous souhaitons que les travaux de démolition de la promenade Gérard-Côté en vue de faire la nouvelle respecteront l’environnement, dont les bandes riveraines en bordure de la rivière Yamaska », a expliqué Julie Perreault en entrevue au représentant du Journal Mobiles.

Diplômée en architecture de paysage il y a près de 20 ans, la présidente du CCCPEM connaît bien la firme mandatée par la Ville de Saint-Hyacinthe pour les croquis de la nouvelle promenade Gérard-Côté. Bien qu’elle reconnaisse l’esthétisme du projet présenté, celle-ci remet en question la vision urbanistique au niveau de l’aménagement paysager.

« Les grands espaces verts de gazon représentent un enjeu dans la préservation de l’espace. Sur le plan environnemental, ce n’est pas ce qui a de plus écologique non plus. Il pourrait être intéressant d’opter pour une plus grande biodiversité en bordure de la rivière Yamaska », d’analyser celle qui compte plus de 17 ans d’expérience dans ce domaine.

Lors de l’appel avec le représentant du Journal Mobiles, celle-ci a proposé différentes options pour assurer le maintien de la biodiversité. Dans cet objectif, la plantation de différentes espèces de végétaux dans le secteur serait une solution envisageable.

Aucun changement malgré l’incertitude liée au projet Waltz de Réseau Sélection

Le dernier mois a donné lieu à de nombreux rebondissements dans le dossier de l’heure à Saint-Hyacinthe, soit celui de la restructuration financière du Groupe Réseau Sélection. L’incertitude quant à l’avenir du projet Waltz de Réseau Sélection fait en sorte que bon nombre d’acteurs locaux cherchent à savoir si le chantier de la réfection de la promenade Gérard-Côté sera encombré par le projet qui semble au ralenti depuis quelques mois.

La nouvelle directrice générale adjointe aux communications et de la participation citoyenne, Brigitte Massé, a assuré que ce projet n’avait aucun impact sur les échéanciers de la phase 1 et 2 du projet de réfection de la promenade Gérard-Côté.

« Ce dossier [Réseau Sélection] n’aura pas d’incidence sur les plans et l’échéancier des travaux de la promenade Gérard-Côté », a-t-elle répondu par courriel au Journal Mobiles le 9 décembre dernier.

De son côté, Julie Perreault s’est dite inquiète du fait que le projet Waltz pourrait traîner en longueur et ainsi avoir un effet néfaste sur le projet de la promenade Gérard-Côté.

« La façon dont le plan a été présenté, on comprend que la Place des spectacles et la promenade Gérard-Côté se veulent avant tout un espace de divertissement et une vitrine pour la revitalisation du secteur. Si le chantier est compromis ou s’étire en longueur, la mise en valeur de cet espace naturel sera difficile et sa fréquentation aussi probablement », a-t-elle ajouté.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire