• Société
AU COLLÈGE SAINT-MAURICE

Anne Frank, au cœur d’un projet emballant

Paul-Henri Frenière

Un projet bien particulier anime depuis quelques mois les élèves du Collège Saint-Maurice de Saint-Hyacinthe. En effet, on se prépare fébrilement à l’arrivée de l’exposition itinérante Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui que présentera l’institution maskoutaine du 16 avril au 11 mai.

JPEG - 51.8 ko
 
Source : Maison Anne Frank.

Anne Frank est cette jeune fille juive qui a écrit un journal alors qu’elle se cachait des nazis, avec sa famille, pendant l’occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale. Elle est décédée en 1945, peu avant la fin de la guerre.

Son récit et son histoire sont devenus célèbres à tel point qu’un musée existe à Amsterdam et qu’une exposition itinérante parcourt le monde dans une quarantaine de versions linguistiques.

Un projet qui rallie tout le monde

Le Collège Saint-Maurice est l’une des quatre écoles du Canada à avoir été choisie pour présenter cette exposition d’une valeur pédagogique hors de l’ordinaire. De là, l’enthousiasme démontré par la directrice des services pédagogiques, Hélène Leblanc, qui a expliqué le projet à Mobiles.

« C’est un projet qui a vite rallié tout le monde, les élèves comme les enseignants, souligne-t-elle. La vie d’Anne Frank ouvre la porte à diverses activités qui touchent plusieurs matières : l’histoire, la musique, la poésie, les arts… »

JPEG - 62.5 ko
 
Source : Maison Anne Frank.

Le cœur de l’exposition sera composé de 38 tableaux explicatifs, mais de nombreux travaux d’élèves seront présentés dans la grande salle et même dans les corridors.

Selon Hélène Leblanc, les filles de quatrième et cinquième secondaires se sont littéralement « ruées » pour devenir les guides de cette exposition qui sera ouverte au grand public les 20, 21 et 22 avril. Le film La brève vie d’Anne Frank, d’une durée de 28 minutes, sera également projeté dans une autre salle. Au total, la visite devrait durer 1 heure 30.

Les détails de la programmation et les heures d’ouverture seront communiqués dans un article ultérieur.

Un tas de souliers et de bottes

L’histoire d’Anne Frank capte l’imagination des jeunes filles et permet d’aborder différents thèmes sur lesquels la réflexion s’impose. Il en est ainsi de la réalité de la guerre, des droits humains et de la captivité imposée.

Les camps de concentration donnent lieu, notamment, a un projet créatif original, initié par Brigitte Cordeau, enseignante en arts, qui consiste à peindre un soulier ou une botte à l’image de soi. Un objet qui fera partie d’une installation rappelant les « tas » de vêtements et de chaussures qui s’amoncelaient à l’entrée des fours crématoires.

Nicolas Humbert a capté pour Mobiles, sur deux vidéos, quelques extraits de la préparation de cette exposition.

Écrire un commentaire >

  • Re: Anne Frank, au cœur d’un projet emballant

    Il m`intéresse ce projet d`art plastique!

  • Ajouter un commentaire