• Société

La moisson maskoutaine : En préparation de la campagne Le grand PARTAGE

Simon Proulx

Ces temps-ci, la directrice de l’organisme communautaire La Moisson maskoutaine, Claudine Gauvin, est occupée. Fin octobre, dans son bureau de la rue Saint-Charles, elle veille aux derniers préparatifs avant le lancement officiel de la campagne annuelle Le grand PARTAGE.

Entourée d’une équipe et de bénévoles dévoués, elle s’affaire aux moindres détails afin que cette bienveillante campagne soit, comme les années précédentes, un succès ; d’autant plus que celle-ci s’accompagnera d’une certaine nouveauté. « Nous avons, cette année, un nouvel événement marquant le départ de la campagne : la Journée du Cœur au ventre, annonce la directrice de la Moisson. Cette journée se veut une formule revisitée de la Journée du partage des éditions précédentes. La population est invitée, le 27 novembre, à partager entre collègues et amis un bon repas offert à la Cage - Brasserie sportive, afin d’appuyer la cause. »

 

La directrice de l'organisme communautaire La Moisson maskoutaine, Claudine Gauvin. Photo : Simon Proulx

Cette cause est celle d’offrir à des gens dans le besoin l’équivalent de trois repas complets pour la période de Noël. En effet, depuis plus de 17 ans, La Moisson maskoutaine organise et gère Le grand PARTAGE. Cette campagne annuelle, la seule reconnue sur le territoire, permet la récolte d’argent et de denrées non périssables nécessaires à la distribution alimentaire spéciale de Noël pour une partie de la population pour qui le temps des Fêtes n’est pas forcément une période de réjouissance.

Est-il bon de rappeler que, bon an, mal an, ils sont malheureusement encore (trop) nombreux à vivre des difficultés durant cette période ? Précarité financière, solitude, insécurité alimentaire et autres maux s’acharnent sur une population démunie déjà aux prises avec plusieurs difficultés.

L’an dernier, 998 demandes ont été effectuées auprès du Centre de Bénévolat de Saint-Hyacinthe et du Comptoir-Partage La Mie afin de bénéficier de la distribution de Noël se déroulant à La Moisson Maskoutaine. La particularité de cette distribution est d’accueillir ces personnes qui ont fait une demande à ces organismes communautaires dans les locaux de la Moisson transformés, pour l’occasion, en une vaste épicerie.

« À leur arrivée, nous leur remettons un panier d’épicerie et nous leur offrons la liberté de choisir les aliments qu’elles désirent parce que, quand tu vis dans la précarité, tu n’as plus ce privilège de choisir. Les personnes sélectionnent les denrées en fonction de leurs besoins, de leurs goûts et envies pour se composer l’équivalent de trois repas complets pour l’ensemble de leur famille », précise Claudine Gauvin.

C’est ainsi que 1707 personnes ont pu, l’an dernier, manger dans la dignité, et ce, grâce à la collaboration des trois organismes communautaires cités précédemment, mais aussi avec la participation de la communauté maskoutaine. « Les gens font preuve d’une extrême générosité, mentionne, avec reconnaissance, la directrice de La Moisson maskoutaine. Que ce soit la population, les organismes, les institutions et le milieu des affaires, toute une communauté est mobilisée afin d’amener un peu de réconfort à une partie de la population qui en a grandement besoin. Cette mobilisation exceptionnelle est essentielle à la réussite de la campagne depuis 2002. »

Pour en savoir plus sur Le grand PARTAGE et les activités de La Moisson maskoutaine : https://lamoissonmaskoutaine.qc.ca/.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire