• Société

Le mouvement « Faites-le par vous-mêmes », vous connaissez ?

Catherine Courchesne

Le mouvement « Faites-le par vous-même » (Do it yourself [DIY], en anglais) encourage monsieur et madame tout le monde à fabriquer et à réparer eux-mêmes leurs objets au lieu de les jeter pour en acheter de nouveaux. Ce courant semble prendre de l’ampleur avec l’ouverture d’espaces collaboratifs comme celui des Affûtés, à Montréal. À quand l’instauration d’un tel lieu à Saint-Hyacinthe ?

Nous vivons dans un monde de (sur)consommation. Un monde où, quand notre cafetière brise ou que nous perdons le bouton d’une chemise, nous nous empressons de les mettre à la poubelle au lieu d’essayer de les réparer nous-mêmes. Pourquoi ? D’une part, parce que nous pensons ne pas avoir les habiletés requises, d’autre part, parce que nous croyons ne pas être en mesure d’acquérir lesdites habiletés. Pourtant, selon Michael Schwartz, fondateur de l’espace collaboratif Les Affûtés , il y aurait de nombreux avantages à réapprendre à « faire avec nos mains ». Mais avant tout, Les Affûtés, c’est quoi ?

Un espace créatif

Les Affûtés est un espace collaboratif dédié à tous ceux, petits et grands, qui veulent faire par eux-mêmes, c’est-à-dire réparer un objet brisé ou en fabriquer un. Les participants y ont accès aux divers outils et matériaux dont ils ont besoin pour leurs projets, que ce soit réparer une bouilloire ou concevoir un lit, ainsi qu’à des ateliers où, accompagnés d’un expert, ils peuvent développer les compétences manuelles souhaitées. « On offre des ateliers dans plusieurs domaines : ébénisterie, couture, broderie, menuiserie, électronique... à coûts minimes, parfois même sur la base d’une contribution volontaire ! »

Une idée futée

Entrepreneur d’origine française, Michael Schwartz a découvert les avantages de travailler avec ses mains en s’adonnant à l’ébénisterie. Selon lui, les avantages sont nombreux. « Sur le plan individuel, cela apporte énormément de fierté et de confiance en soi, en plus de créer un attachement particulier envers l’objet fabriqué. Également, cela permet d’économiser des sous. » Il donne l’exemple d’une dame qui a payé environ 250 $ pour le matériel d’un banc qu’elle a confectionné elle-même, au lieu de débourser 500 à 600 $ pour un banc qu’elle aurait acheté en magasin. Sans compter que la fabrication de son banc ne lui a pris qu’une demi-journée !

Les Affûtés est un espace collaboratif dédié à tous ceux, petits et grands, qui veulent faire par eux-mêmes, c’est-à-dire réparer un objet brisé ou en fabriquer un.

Il y a également des avantages, sur le plan collectif, tels que la réduction des déchets et la création de liens sociaux. « C’est vraiment beau de voir des personnes de tous les âges s’entraider. En plus, cela se fait dans le plaisir parce qu’aux Affûtés, il n’y a aucune honte à être débutant. » Ainsi, vous ne savez pas tenir un marteau ? Aucun problème ! On vous le montrera au lieu de vous pointer du doigt !

Faire des petits

Ouvert officiellement en mai dernier, l’espace Les Affûtés gagne graduellement en popularité. Toutefois, aux yeux de son fondateur, il reste de nombreux défis. « Outre changer réellement les habitudes de consommation des gens en les amenant à fréquenter des espaces comme Les Affûtés, il faut créer ce type de lieux partout sur la planète… dont à Saint-Hyacinthe. » Alors, Maskoutains et Maskoutaines, le défi est lancé : qui parmi vous est prêt à le relever 


Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire