• Politique

Le conseiller André Beauregard se présente à la mairie de Saint-Hyacinthe

Alexandre D'Astous

Conseiller municipal depuis trois mandats, André Beauregard confirme sa candidature à la mairie de Saint-Hyacinthe pour le scrutin du 7 novembre prochain.

M. Beauregard est le deuxième à faire connaître ses intentions pour succéder à Claude Corbeil qui a déjà mentionné qu’il ne souhaitait pas obtenir un troisième mandat à la mairie. « Ça fait longtemps que j’y pensais. J’ai accentué ma réflexion lorsque M. Corbeil a fait part de sa décision de ne pas revenir. Je ne me serais pas présenté contre lui parce que je considère qu’il a fait de l’excellent travail depuis huit ans. Ma décision finale a été prise après la séance du conseil municipal du 5 juillet, après avoir discuté avec plusieurs personnes, et je l’ai annoncée publiquement le 15 juillet », raconte-t-il.

M. Beauregard se dit fier des réalisations des trois derniers conseils de Ville dont il a fait partie. « Le bilan des dernières années prouve hors de tout doute que la Ville de Saint-Hyacinthe poursuit son développement et qu’elle fait l’envie d’autres villes comparables. Au cours des dernières semaines, plusieurs citoyens m’ont interpellé pour m’inciter à me présenter comme candidat à la mairie. Après 12 années à siéger comme conseiller municipal, j’ai acquis beaucoup de connaissances en matière de gestion municipale, de réglementation, d’exécution de projets de petite et grande envergure », précise-t-il.

Candidat indépendant

Contrairement à sa rivale, Marijo Demers, qui se présente avec une équipe au sein d’un nouveau parti politique, Saint-Hyacinthe unie, M. Beauregard s’inscrit comme indépendant. « Je me suis toujours présenté comme indépendant. J’apprécie la liberté que cela permet. Je n’ai pas à suivre une ligne de parti. Je peux être d’accord avec quelqu’un sur un dossier et en désaccord avec la même personne sur un autre. Il n’y a pas de tradition de parti politique municipal à Saint-Hyacinthe, malgré quelques tentatives qui n’ont pas fonctionné, et avant l’arrivée d’un nouveau parti cette année », explique-t-il.

Le coordonnateur aux loisirs du quartier Douville croit sincèrement que son bagage accumulé est un atout dans la course. « J’en suis venu à la conclusion qu’il était maintenant le temps pour moi de briguer la mairie de Saint-Hyacinthe. Je suis à constituer ma garde rapprochée et, déjà, je peux compter sur des collaborateurs de grande valeur. Je souhaite poursuivre les réalisations en cours en travaillant avec les élus que la population de Saint-Hyacinthe aura choisis. Je désire devenir le prochain maire pour servir toute la communauté maskoutaine et me consacrer à temps plein à la tâche ».

M. Beauregard devrait présenter son agent officiel sous peu. Le natif de Saint-Hyacinthe est à compléter son équipe et à peaufiner sa plateforme électorale qu’il dévoilera au cours des prochaines semaines.

Bon pour la démocratie

Candidate annoncée à la mairie depuis déjà quelques mois, Marijo Demers, de Saint-Hyacinthe unie, considère qu’il est sain pour la démocratie d’avoir une course à la mairie et d’offrir un choix aux électeurs. « En tant que politicologue, je me réjouis de voir une autre candidature. De toute façon, je ne m’attendais pas à une élection sans opposition. Par contre, je suis un peu surprise que ce soit M. Beauregard. Les noms d’autres conseillers circulaient dans les rumeurs, notamment ceux de David Bousquet et de Bernard Barré. Je n’ai pas attendu de savoir qui se présentait avant de faire connaître mes couleurs ; je prévoyais une opposition. C’est dans l’ordre des choses et c’est souhaitable. Je laisse le soin à la population de faire son choix. M. Beauregard se positionne comme le candidat de la continuité alors que j’incarne le changement avec Saint-Hyacinthe unie », commente Marijo Demers.

Le maire sortant content de voir au moins deux candidats

Le maire sortant, Claude Corbeil, se dit très heureux de voir au moins deux candidats à la mairie pour les élections de novembre prochain. « Lorsque j’ai annoncé, le 17 mai dernier, que je ne souhaitais pas revenir, je voulais laisser le temps aux éventuels candidats de réfléchir. J’espérais voir au moins deux candidats, sinon plusieurs. C’est très sain pour la démocratie d’avoir plusieurs candidats pour permettre à la population de s’exprimer et de choisir. Je me réjouis de voir qu’il y a plusieurs candidatures aux divers postes de conseillers », mentionne celui qui attend la fin de la période de mises en candidature avant de décider s’il accordera ou non son appui public à l’un ou l’autre des candidats.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire