• Politique

Saint-Hyacinthe Unie s’engage pour le réaménagement de la Promenade Gérard-Côté

Alexandre D'Astous

Lors du dévoilement de deux nouvelles candidatures, le 5 juillet, le parti municipal Saint-Hyacinthe unie en a profité pour s’engager pour le réaménagement de la Promenade Gérard-Côté.

La cheffe du parti et candidate à la mairie, Marijo Demers a insisté sur l’importance d’aller de l’avant avec la réfection de la Promenade Gérard-Côté, et ce dans un horizon rapproché. « On doit arrêter de repousser, reporter et segmenter le réaménagement de la Promenade; une promenade Gérard-Côté réaménagée, c’est ma priorité; c’est notre priorité à Saint-Hyacinthe unie! Notre Promenade, nous la voulons revampée dans son entièreté, de A à Z, dans un calendrier défini, de bout en bout du tracé de 2,5 km. Notre Promenade, nous la voulons belle, fonctionnelle, attirante, attractive, sécuritaire pour tous les types d’usagers, respectueuse de l’environnement et de la capacité de payer des contribuables. Vous me verrez travailler sans relâche et d’arrache-pied dans la recherche et l’obtention de subventions majeures pour ce projet », déclare-t-elle.

Zone d’innovation agroalimentaire et vétérinaire

Mme Demers a profité du dévoilement de deux candidatures du monde des affaires pour préciser sa vision en ce qui a trait au dynamisme et à la vitalité de l’économie maskoutaine. Elle a souligné l’importance particulière qu’elle accorde à un projet économique qui l’enthousiasme: la désignation de Saint-Hyacinthe comme zone d’innovation agroalimentaire et vétérinaire par le palier provincial, puis la mise sur pied et la croissance de cette Cité de l’innovation.

« Ce projet, c’est le vaisseau amiral majeur, générateur de retombées économiques exceptionnelles et incontournables pour notre ville », a ajouté la cheffe. Elle a aussi rappelé que Saint-Hyacinthe unie est sensible à la revitalisation de secteurs commerciaux plus dévitalisés en ville, dans un contexte de relance économique post-pandémie.

Deux candidates liées à l’économie

Après l'annonce de candidatures du 31 mai et celle du 14 juin au Centre culturel Humania Assurance, (à lire en amont de ce texte) Saint-Hyacinthe Unie a présenté deux autres candidates dans les quartiers Sacré-Coeur et Douville, soit les femmes d’affaires Jausée Carrier et Odile Alain. « Les deux sont bien connues et très présentes dans la communauté. Lorsque j’ai amorcé le recrutement de candidats, je voulais avoir des femmes de valeurs dans mon équipe et c’est ce que représente Jausée et Odile », commente la cheffe de la formation politique, qui considère que les femmes sont sous-représentées en politique municipale.

Femme d’affaires d’expérience

Femme d’affaires d’expérience et reconnue à Saint-Hyacinthe, Jausée Carrier est enthousiaste à l’idée de représenter les électeurs d’un district qu’elle connait bien pour y avoir travaillé pendant plus de 10 ans avant de fonder son entreprise. « C’est ici dans Sacré-Coeur que ma passion pour l’entrepreneuriat est née. Il était tout à fait normal pour moi de me porter candidate ici, puisqu’une grande partie de ma vie professionnelle s’est déroulée dans ce secteur ».

 La premième candidate économique annoncée pour porter les couleurs de Saint-Hyacinthe unie, Jausée Carrier

Jausée Carrier compte bien faire profiter le parti politique de son expérience à titre de présidente de la Société de développement commercial du Centre-Ville (SDC Centre-Ville) et vice-présidente du conseil d’administration de Saint-Hyacinthe Technopole. Bien consciente des enjeux liés à la pénurie de main-d'oeuvre et aux défis des entrepreneurs, la candidate du district Sacré-Coeur pour la formation Saint-Hyacinthe unie entend aller à la rencontre des acteurs économiques afin de prendre le pouls des commerçants maskoutains. Cette tournée servira à bonifier la plateforme du parti en vue de la campagne électorale prévue cet automne.

De l’expérience en politique

De son côté, la deuxième candidate économique annoncée pour porter les couleurs de Saint-Hyacinthe unie lors des suffrages en novembre prochain, Odile Alain, se réjouit à l’idée de revivre cette expérience. La courtière immobilière compte bien faire bénéficier l’équipe de son expérience acquise sur la scène municipale, elle qui a siégé comme élue à Saint-Liboire. « C’est un rêve que je caressais de pouvoir me présenter aux élections ici, à Saint-Hyacinthe. J’ai développé plusieurs cordes à mon arc comme déléguée à la Régie Intermunicipale d'Acton et des Maskoutains ou encore en mettant sur pied le Comité des Arts et de la Culture ».

 La deuxième candidate économique annoncée pour porter les couleurs de Saint-Hyacinthe unie, Odile Alain

11 candidats dévoilés sur 12

Les candidatures de Jausée Carrier et Odile Alain portent à 11 le nombre de candidats connus pour l’équipe de Saint-Hyacinthe Unie. « On se garde une surprise dans le quartier Yamaska. Nos candidats poursuivent leurs tournées citoyennes au cours de l’été », précise Mme Demers.

Le 14 juin, la formation politique avait présenté trois candidats illustrant les priorités du parti en matière de culture. Les candidats présentés à ce moment étaient Julie Marcotte dans le district de La Providence, Marc Bisaillon, dans Saint-Sacrement et Hernan Restrepo, dans Sainte-Rosalie.

Trois candidats impliqués

Selon la cheffe du parti, Marc Bisaillon est un homme dévoué, franc et à l’écoute qui habite le quartier Saint-Sacrement avec sa famille depuis 19 ans. « Déterminé à orienter Saint-Hyacinthe vers l’avenir, il est animé par des valeurs d’équité et de justice sociale. L’environnement, l’éducation publique et la culture sont également au centre de ses préoccupations », mentionne-t-elle.

De gauche à droite, vous avez: Hernan Restrepo (Sainte-Rosalie), Marc Bisaillon (Saint-Sacrement), Marijo Demers (mairie) et Julie Marcotte (La Providence). Photo : gracieuseté

Julie Marcotte est enseignante en langue et littérature au Cégep de Saint-Hyacinthe. Elle a grandi dans le secteur La Providence et y réside maintenant avec ses trois enfants. Elle a, depuis son plus jeune âge, vu le secteur résidentiel s’accroître, se diversifier et se renouveler. « Julie Marcotte a lancé un camp de jour artistique. Elle s’implique auprès du journal étudiant du cégep. Son dévouement est apprécié » lance Marijo Demers.

Hernan Restrepo est arrivé au Québec il y a 20 ans, et s’identifie comme un Maskoutain d’origine colombienne. « Le jeune père de famille, propriétaire du Super Sushi au centre-ville et des Productions Lopez, une entreprise dans le domaine audiovisuel, valorise l’entrepreneuriat et souhaite contribuer à l’essor des commerces et entreprises de sa ville. Reconnu également pour ses implications sociales auprès des nouveaux arrivants, Hernan se fait un point d’honneur de leur faire découvrir la culture d’ici, afin de créer un sentiment d’appartenance », affirme la candidate à la mairie.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire